Crise en Afghanistan : Poutine défie l’Occident : “nous ne voulons pas de réfugiés afghans en Russie”, tranche-t-il

Vladimir Poutine, président de la Russie, refuse catégoriquement que son pays accueille des migrants en provenance de l’Afghanistan

Vladimir Poutine, une nouvelle fois, prend le contre-pied de l’Occident. Alors que depuis une semaine, on assiste à une véritable effervescence médiatique concernant la situation en Afghanistan marquée par un vif élan de solidarité appelant à l’accueil inconditionnel des réfugiés afghans en Occident, le président russe dit niet évoquant des raisons sécuritaires.

C’est en tout cas ce que nous a appris ce dimanche 22 août l’agence de presse russe, Tass.com. Effet, d’après cette source qui s’est entretenue avec Vladimir Poutine sur cette question sensible qui défraie la chronique depuis plusieurs jours, la position de l’homme fort de Kremlin est sans ambages.

“Nous ne voulons pas de militants déguisés en réfugiés en Russie”

“Nous ne voulons pas de militants déguisés en réfugiés en Russie”, a clairement martelé le président, ajoutant que son pays fera tout le possible afin d’entrer en contact avec des partenaires occidentaux en vue de garantir la stabilité en Afghanistan. Face à la presse, Poutine n’a mâché ses mots. “La Russie n’a pas besoin de ses éléments sur son territoire, ni en provenance d’Afghanistan, ni d’ailleurs”, a-t-il précisé.

Dans l’interview, le président russe n’a pas manqué de lancer une pique à l’Occident, notamment aux Etats-Unis, dans sa gestion calamiteuse de l’Afghanistan. D’ailleurs, il profitera de l’occasion pour défendre la présence russe en Syrie. “Pourquoi, nous (la Russie) nous avons affaire à la Syrie? Pour empêcher que la Syrie ne devienne une sorte d’Afghanistan, pour empêcher qu’elle ne devienne un bastion du terrorisme”, a-t-il fait savoir.