Cuba est en révolution et le président Diaz-Canel accuse les Etats-Unis de préparer un coup d’Etat contre lui

Des centaines de Cubains ont arpenté les rues du pays depuis plusieurs heures pour défier le régime en place. Pendant ce temps, le président cubain, Miguel Diaz-Canel, appelle ses sympathisants à une contre-manifestation et accuse les Etats-Unis de chercher à le faire tomber 

Cuba est en ébullition en pleine crise sanitaire et au moment où le pays traverse une grave crise économique. En effet, ces dernières heures, des centaines de manifestants anti-régime sont descendus dans les rues du pays pour défier le gouvernement actuel au cri de “Libertad! Libertad!”.

Interrogés par la presse étrangère, de nombreux manifestants dénoncent les conditions de vie qui se sont très fortement détériorées depuis l’arrivée du Covid qui a plongé l’île dans une crise financière d’une rare violence. Il faut souligner que l’embargo imposé par les Etats-Unis contre le pays a déjà laissé une facture très salée estimée à plus de 9 milliards de dollars, rien que pour l’année 2020.

Les choses se compliquent et les vagues de protestation ont déjà commencé à trouver un écho dans le reste du monde où plusieurs autorités, informées de la situation, apportent déjà leur soutien aux manifestants. C’est le cas notamment du président des Etats-Unis, Joe Biden, qui n’a caché son soutien au peuple cubain.

“Nous nous tenons aux côtés du peuple cubain et nous répondons à leur appel retentissant pour se libérer de la mainmise de cette pandémie et de plusieurs décennies de répression et de souffrance économique auxquelles ils ont été assujettis par le régime autoritaire de Cuba”, a déclaré le président américain.

Et d’ajouter : “le peuple cubain revendique bravement des droits fondamentaux et universels. Ces droits, y compris le droit à une manifestation pacifique ainsi que celui de disposer librement de leur avenir, doivent être respectés”. Biden a appelé le régime cubain à écouter le cri de son peuple.

Face à la forte vague de protestataires dans les rues, le président cubain, Miguel Diaz-Canel, ne s’avoue pas vaincu. Il désigne directement les Etats-Unis comme responsable des manifs qui secouent le pays. Ainsi, dans une allocution télévisée relayée par plusieurs médias dont Correo Del Sur, le chef d’Etat cubain accuse Washington de chercher à déclencher un “changement de régime”.