Destruction des mausolées de Tombouctou au Mali : la CPI exige le paiement de 1,8 milliard de FCFA aux victimes

0
420

La Cour Pénale Internationale (CPI) ordonne le versement de 1,8 milliard de FCFA aux victimes de la destruction des mausolées de Tombouctou, détruits en 2012 par des groupes terroristes qui avaient envahi le Mali peu avant l’intervention française

Huit ans après les faits, justice vient d’être rendue au Mali. C’est du moins ce que nous apprennent nos confrères du média North Africa Post qui révèle qu’Ahmad Al-Faqi a été condamné à 9 ans de prison pour crimes de guerre et destruction des mausolées de Tombouctou classés patrimoine national.

D’après la source, une délégation chargé de gérer les fonds (devant être alloués aux victimes) a effectué une visite à Bamako, capitale du Mali. North Africa Post ajoute que la Cour Pénale Internationale qui a rendu ce verdict a contribué à ce fonds. Ainsi, à partir de janvier 2021, un montant de 1,8 milliard de FCFA sera débloqué pour compenser les victimes.

Les victimes en question n’ont pas été identifiées par le média. Cependant, d’après North Africa Post, il s’agit d’un millier de personnes, dont la plupart des ayants droit des mausolées détruits en 2012. Le média cite Aude Le Goff, présidente du Programme de Compensation des Victimes, qui a annoncé que des compensations collectives auront lieu sans fournir davantage de détails.

“C’est la victoire de la justice contre l’impunité”

Aussitôt annoncée, la nouvelle a suscité un énorme soulagement de la part des avocats des victimes. “C’est la victoire de la justice contre l’impunité”, se réjouit Kassongo Mayombo, un des avocats des victimes. Pour la présidente des Fonds, Mame Koité Doumbia, il faut aller plus loin.

“En ce qui concerne l’assistance, il reste beaucoup à faire. Ce que nous faisons, c’est de la reconstruction, une prise en charge physique, mentale et une création de revenus. Nous le faisons en République Démocratique du Congo, nous le faisons au Rwanda et nous allons le faire au Mali”, annonce-t-il.