En difficulté en Espagne, Valls n’exclut plus un retour en France et fait un clin d’œil à Macron

0
646

Un retour de Manuel Valls est de plus en plus évoqué par la presse. L’ex premier ministre français qui peine à se frayer un chemin dans la vie politique espagnole après son exclusion du parti Ciudadanos dit n’être « candidat à rien » et laisse son avenir politique en France entre les mains de Macron

Après un an et demi passé en Espagne, Manuel Valls, ex premier ministre de la France sous  François Hollande, pourrait revenir en Hexagone à tout moment. C’est en tout cas ce qui est annoncé par Le Monde, journal auquel il a accordé une interview cette semaine. Selon le même journal, l’ancien premier ministre prévoit d’ailleurs d’intervenir  à un débat consacré à la question du populisme à l’Assemblée Nationale ce 28 mars.

Interrogé par Le Monde sur la politique française, Valls a répondu : « c’est d’abord le débat politique en France qui me passionne car c’est ma vie. Je ne suis pas en exil, je n’ai pas disparu et viens régulièrement à Paris. Je n’ai pas rompu avec cette ville, ni avec la politique française ».

Valls dit « être candidat à rien » et fait un clin d’œil à Emmanuel Macron. « Je ne suis candidat à rien et je n’ai pas de plan », a-t-il fait savoir laissant entendre que son retour « est un choix qui n’appartient qu’au président de la République et à son premier ministre ». « Je n’exclus rien et ne sais pas de quoi demain sera fait », soutient-il, ajoutant maintenir des « contacts réguliers » avec Macron et de « bonnes relations » avec Richard Ferrand, le président de l’Assemblée Nationale.

« Valls soutient Macron après le 49.3 »

Les propos tenus par l’ancien homme fort de François Hollande interviennent moins d’une semaine après une interview accordée au Parisien dans lequel il avait clairement fait savoir qu’il restait toujours utile aux Français. « Je ne manquerai jamais d’être utile aux Français », avait-il déclaré.

Un éventuel retour de Manuel Valls aux côtés de Macron ne devrait pas trop surprendre car le 29 février, jour où le 49.3 avait été activé, il a été l’un des premières personnalités politiques à apporter son soutien au président de la République et à son gouvernement malgré le rejet total de l’article par le PS. Interrogé sur le 49.3, il avait répondu : « son utilisation est justifiée dans ces cas de figure et n’est en aucun cas antidémocratique ».

« L’entourage de Macron maintient le flou »

L’hypothèse que Valls retourne en France est de plus en plus évoquée dans la presse espagnole, même si pour l’heure, aucun média n’a pu le confirmer. Toutefois, dans son entourage, on tente de maintenir le flou. En effet, ce vendredi, sur son compte Twittern Eva Parera, secrétaire générale de Barcelona Pel Canvi (Barcelone pour le Changement) dont Valls est le chef de file, s’est adressé aux internautes en ces termes : « nous étions l’unique barrière contre l’indépendantisme, mais les questions auxquelles nous répondions étaient celles de savoir si Manuel Valls continuerait. FlashBack. Mais, nous restons. Nous sommes les seuls à avoir démontré être utiles à l’indépendantisme et nous ne cessons de croître, de jour en jour ».

Valls finira-t-il par faire son retour en France ? Pour le moment, difficile de le confirmer. Une chose est sûre : dans un contexte politico-social extrêmement tendu, Macron pourrait avoir besoin de son expérience au sein du gouvernement, notamment dans sa lutte contre le populisme et le nationalisme.