Espionnage : Israël accuse la Russie de tenter de saboter ses élections

0
446

Le service de renseignement israélien, Shin Bet, accuse la Russie de vouloir s’ingérer dans les élections israéliennes. La Russie, par le truchement du porte-parole du Kremlin, a catégoriquement nié ces accusations

La Russie est accusée de tentative d’ingérence dans les élections israéliennes. C’est en tout  cas l’accusation faite par Nadav Argaman, chef de Shin Bet, service de renseignement israélien. La révélation de Nadav Argaman a été faite lors d’une conférence des Amis de l’Université Tel Aviv.

S’adressant à son auditoire, le chef de Shin Bet dit être sûr à 100% que cette ingérence se produira. « Je suis sûr à 100% que le nom de ce pays étranger interviendra dans les prochaines élections et je sais de quoi je parle, mais je ne sais pas à qui cela profitera », a-t-il déclaré.

« La Russie ne s’ingère pas dans les élections d’un pays »

Dans son discours, le chef de Shin Bet a tenté de rassurer l’opinion israélienne. Pour lui, l’Etat d’Israël a les moyens d’enrayer cette menace et de tenir des élections démocratiques sur son territoire. « Le ministère israélien de la Défense a les capacités de permettre la tenue d’élection libres et démocratiques dans l’Etat d’Israël », a-t-il martelé.

La Russie, récemment accusée d’avoir tenté de saboter plusieurs élections en Occident, a réagi, en précisant qu’elle n’avait aucun intérêt à s’ingérer dans les affaires israéliennes. « La Russie ne s’ingère pas et n’a pas l’intention de s’ingérer dans les élections d’aucun pays dans le monde », a précisé Dmitry Peskov, porte-parole du gouvernement russe.

« L’opposition monte au créneau »

La nouvelle a suscité une vive polémique dans la classe politique israélienne. Plusieurs personnalités ont demandé une intervention de l’Etat. « Nous exigeons des forces de sécurité qu’elles s’assurent que Poutine ne vole pas ses élections pour son ami, Bibi (Benjamin Netanyahou, ndlr) », a exhorté Tamar Zandberg, chef de file du parti Dovish.

Le député Revital Swid, membre du parti travailliste, a également a fait part de son indignation. Il dit avoir depuis un bon moment tiré la sonnette d’alarme et accuse l’Etat d’Israël de ne lui avoir jamais prêté la moindre attention. « Je ne suis sûr que l’Etat est prêt à enrayer cette sérieuse menace », s’inquiète-t-il.

Pour rappel, des élections générales sont prévues ce 9 avril en Israël. Cela fait suite à la dissolution du parlement ce 24 décembre par le parti Likoud qui n’a pas pu voter une loi sur l’enrôlement des juifs orthodoxes dans l’armée. Cette loi devrait être approuvée ce 15 janvier.