Exclusif: en 2017, la CIA avait envisagé d’assassiner Julian Assange, fondateur de Wikileaks

Des enregistrements audios obtenus par les médias américains révèlent que la CIA (Central Intelligence Agency) et l’administration Trump avaient envisagé en 2017 d’assassiner le lanceur d’alerte Julian Assange, fondateur de Wikileaks, actuellement en détention en Grande-Bretagne

Une bombe! Les médias américains ont révélé ce 27 septembre un échange entre la CIA et l’administration Trump datant de 2017 avec l’objectif finale d’assassiner Julian Assange, fondateur de Wikileaks. C’est la révélation faite par plusieurs sources, dont The Hill qui cite des informations obtenues par Yahoo.

En effet, d’après la source, les agents de renseignement américains et l’administration Trump envisageaient de kidnapper le lanceur d’alerte, voire de mettre fin à ses jours s’il tentait de s’échapper de l’ambassadeur d’Equateur où il avait pris refuge depuis 2012. Notre média a pu avoir accès à l’article de Yahoo sur ce sujet.

Ainsi, d’après le site d’information qui cite une autorité sourcée, les discussions entre les agents de renseignement américains et l’administration Trump réunissaient des autorités de haut niveau. La source ajoute que les échanges entre la CIA et le gouvernement américain s’inscrivaient dans le cadre d’une campagne sans précédent menée par l’agence de renseignement contre Assange et Wikileaks. Et parmi les stratégies mises en place pour l’arrêter, il y a eu l’espionnage de ses associés ou encore le vol d’appareils électroniques.

La révélation a suscité une vague de réactions ces dernières heures et les soutiens d’Assange n’ont pas manqué de faire part de leur préoccupation. C’est notamment le cas du journaliste Nick Gilspie qui, sur Twitter, a réagi en ces termes : “complètement fou et troublant”.

Parmi les personnes qui ont trouvé cette histoire scandaleuse, il y a également Renata Avila, experte en Intelligence Artificielle. Dans un poste publié ce 27 septembre, elle écrit : “beaucoup de questions sur la révélation faite hier concernant l’assassinat de Julian Assange et ses associés par la CIA. C’est dire à quel point la surveillance et l’intimidation ciblées ont gagné du terrain au fil des ans. Sur le sol européen. Est-ce la peur qui empêche les médias d’en parler?”

Rappelons que Julian Assange qui a séjourné à l’ambassade d’Equateur de 2012 jusqu’à son arrestation en avril 2019 est poursuivi par la justice américaine qui l’inculpe de plusieurs chefs d’accusation. La justice britannique qui l’a arrêté refuse jusqu’à présent de l’extrader.