Génocides en Afrique : l’Allemagne reconnaît sa responsabilité et offre 1,3 milliards dollars à la Namibie

L’Etat allemand a officiellement reconnu ce 28 mai sa responsabilité dans le génocide des peuples Herero et Nama tués lors d’un soulèvement populaire survenu en Namibie entre 1904 et 1908. Berlin a annoncé qu’il débloquera 1,3 milliards de dollars, soit 1,1 milliards d’euros pour indemniser les familles des victimes

Après la France, l’Allemagne fait son mea-culpa. L’ex puissance coloniale qui a très tôt abandonné ses colonies en Afrique reconnaît officiellement avoir été responsable de génocide dans un pays africain connu aujourd’hui sous le nom de Namibie, situé dans la partie sud du continent.

D’après les informations que Lecourrier-du-soir.com a pu obtenir de la chaîne allemande Deutshe Welle, l’Allemagne a massacré des milliers de personnes entre 1904 et 1908. Selon le média namibien, Namibian.com.na, les deux peuples massacrés ont été les Herero et les Nama.

“Quelque 65 000 Herero et au moins 10 000 Nama ont été tués”

Selon les historiens qui connaissent le sujet, l’Etat allemand avait dépêché un de ses généraux, le général Lothar Von Trotha en Namibie pour réprimer un soulèvement populaire des Hereros en 1904. La répression a été sanglante : quelque 65 000 Herero et au moins 10 000 Nama ont été tués.

Cent ans après ses atrocités, l’Allemagne reconnaît finalement son crime et accepte d’indemniser les victimes. Cité par le Deustche Well, le ministre allemand des Affaires étrangères s’explique : “nous allons désormais officiellement appeler ces événements par leur nom : un génocide”, a reconnu Heiko Maas.

En Namibie, les réactions ne se sont pas fait attendre. En effet, peu après l’annonce de cette nouvelle, le gouvernement namibien s’est félicité de cette reconnaissance. Mais, dans le pays, des représentants des deux groupes ethniques qui ont été victimes des atrocités du colonisateur allemand estiment que ce geste ne suffit pas.

“Un geste qui ne fait pas l’unanimité”

“Le génocide est un crime et que donc ce crime est déjà régi par le droit international. Sa pénalité est qu’il soit réparé. Ils ne reconnaissent pas leur culpabilité à ce crime sachant très bien qu’il doit être réparé. Ils ont reconnu leur culpabilité à un autre génocide. Nous ne savons pas qui le définit”, s’offusque Nandi Mazengo de la fondation Herero Génocide.

Après sa repentance, le gouvernement allemand a donc décidé de passer à la compensation des victimes. Ainsi, Berlin a annoncé un montant de 1,3 milliards de dollars (soit 1,1 milliards d’euros) pour les victimes. L’accord a été conclu entre le gouvernement allemand et namibien.