Hausse des cas de Covid : l’OMS alerte : “500 000 personnes pourraient mourir en Europe d’ici février”

Hans Kluge, chef du pôle Europe de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), prédit 500 000 morts de Covid en Europe d’ici le 1er février 2022

Celles et ceux qui pensaient que le Covid était en voie de disparition doivent être très déçus. L’épidémie est en train de gagner du terrain dans de nombreux pays occidentaux, notamment en Europe, désignée par l’Organisation Mondiale de la Santé comme le nouvel épicentre de la pandémie. D’ailleurs, à en croire l’ONG internationale, 500 000 personnes pourraient mourir de Covid d’ici le 1er février 2022.

En effet, ce 04 novembre, plusieurs médias ont cité les propos de Hans Kluge, directeur pôle Europe de l’Organisation Mondiale de la Santé. Ce dernier prédit le décès de 500 000 personnes emportées par le virus si rien n’est fait d’ici février 2022. Selon le média Business Standard, les propos du fonctionnaire de l’OMS ont été tenus à Copenhague, capitale du Danemark.

Les prévisions très sombres de l’expert ont une nouvelle fois été réitérées dans un communiqué publié par Hans Kluge ce 04 novembre et qui a été lu par Lecourrier-du-soir.com. En effet, l’Europe et l’Asie sont devenues l’épicentre de la pandémie comme ce fut le cas en mars 2020.

Sur ce, l’expert dira : “la semaine dernière, l’Europe et l’Asie centrale comptabilisaient 59% de tous les cas au niveau mondial et 48% décès. Si on fait le cumul, il y a aujourd’hui plus de cas enregistrés (78 millions) dans la région européenne que dans l’Asie du Sud-est, l’est-méditerranée, le Pacifique Occidental et l’Afrique réunies.”

“L’OMS dénonce une couverture vaccinale insuffisante”

Dans le communiqué, le directeur du pôle Europe de l’OMS se dit inquiet de la nouvelle tendance et note un taux très élevé de décès chez les personnes âgées. “En ce moment, 75% des décès se trouve chez les personnes âgées de 65 ans et plus”, observe-t-il. Et parlant du taux d’hospitalisation, il souligne qu’il a doublé en une seule semaine.

Et Hans Kluge de tirer la sonnette d’alarme : “d’après une prévision fiable, si nous restons sur cette trajectoire, nous risquons de voir mourir 500 millions de personnes en Europe et en Asie centrale d’ici le 1er février de l’année prochaine”. Evoquant les causes de ce fort taux de décès, Kluge pointe du doigt une couverture vaccinale insuffisante et le relâchement des mesures de restriction.

Pour lire le communiqué dans sa version originale, cliquez ici : OMS