Influence des lobbys sur Macron : « c’est une entrave à la démocratie », dénonce Hulot

0
318

Après plusieurs mois de silence, Nicolas Hulot sort du bois. L’ex ministre de l’écologie d’Emmanuel Macron, dans une interview accordée à Libération, est revenu sur l’actualité politique française, notamment sur les mesures prises par le Président de la République à la sortie du Grand Débat

Sur l’absence de mesure sur l’écologie, Hulot dira : « ce qui a fuité dans les médias laisse craindre que l’Exécutif se contente d’acheter la paix sociale à travers des annonces qui touchent à des scandales du quotidien, comme le goût de l’Ehpad, mais sans engager le débat d’une politique de transition écologique et solidaire (…) »

Dans l’interview accordée à Libération, Nicolas Hulot dit ressentir de l’incompréhension. « Je ne ressens plus de la colère, mais de l’incompréhension. Comme quand on regardait Notre-Dame brûler, je suis sidéré qu’on en soit encore là, à perdre des décennies précieuses. A ce sujet, chacun devrait lire Perdre la Terre, de l’essayiste américain Nathaniel Rich », dit-il.

« Notre Démocratie est fatiguée »

Pour l’ex ministre de la Transition écologique, il est urgent de se mettre en ordre de marche. « (…) Notre démocratie est fatiguée, notre modèle économique épuisé, il faut se mettre en ordre de marche différemment et collectivement », préconise-t-il. Hulot tire un bilan très médiocre des avancées environnementales de ce début de quinquennat.

« Rien de structurant. La moisson est maigre. Ce serait positif si les courbes s’étaient inversées. Celle de l’artificialisation des sols s’est-elle inversée ? Et celle de la pollution de l’air ? Des émissions de gaz à effet de serre ? De l’utilisation des pesticides ? On est encore loin », déplore-t-il.

« Il y a les chez les gilets jaunes une soif de cohérence et de justice fiscale »

Dans son interview, l’ex ministre de Macron et fervent défenseur de la cause écologique a fait allusion aux gilets jaunes. Sur l’ISF et l’évasion fiscale, il dira : « c’est le nerf de la guerre. Tout un pan de l’économie s’est organisé pour ne pas payer d’impôts ou pour en payer le moins possible. Certains le font en toute légalité avec l’optimisation fiscale, d’autres pratiquent l’évasion fiscale », explique-t-il.

Et d’ajouter : « tant qu’on ne va pas chercher l’argent là où il s’est dissimulé, on n’y arrive pas. Il y a chez les gilets jaunes une soif de cohérence, de justice fiscale, qu’il faut entendre ». Sur l’influence des lobbys sur la politique de Macron, Hulot parle ouvertement d’une « entrave à la Démocratie ».

Pour lire dans son intégralité, cliquez ici : Libération