Jeune Afghan tué pour s’être opposé à un rodéo : la version donnée par les médias était en fait totalement fausse

Fake News ou grosse manipulation de masse? Allez savoir. En tout cas, cinq jours après la révélation dans la presse française de la mort, à Colmar, d’un Afghan de 27 ans tué pour s’être opposé à un rodéo sauvage, la vérité commence à prendre forme après un travail de fact-ckecking mené par le média Libération.

Mais, de quoi s’agit-il réellement? En effet, ce 15 août, plusieurs médias en France ont relayé en boucle l’information selon laquelle un jeune afghan a été tué pour s’être opposé à un rodéo urbain à Colmar. Une version défendue par de grands médias et relayée par d’influentes figures de l’extrême-droite.

Cependant, moins d’une semaine après la tragédie, la version change complètement. Si la mort de l’Afghan n’est pas démentie, les circonstances de ce meurtre sont, d’après Libé et plusieurs témoignages recueillis, très loin de ce qui a été avancé dans la presse française ces derniers jours.

Ainsi, à en croire Libération, la version largement relayée par la presse et selon laquelle le jeune de 27 ans a été tué pour s’être opposée n’a jamais convaincu le maire LR de Colmar, Eric Straumann qui, contacté par CheckNews, donne sa version des faits en ces termes : “après ces événements, j’ai passé quatre heures sur place avec les riverains du quartier où le drame a eu lieu. Ce qu’on m’a expliqué, c’est que ce jeune en scooter n’a pas fait de wheeling, il n’était d’ailleurs pas sur la voie public. Il tournait autour de ce groupe d’Afghans, manifestement en cherchant des ennuis, en faisant du bruit, et les Afghans lui ont demandé d’arrêter”.

Et d’ajouter : “il y a eu un emballement médiatique incroyable. Cette histoire [de rodéo] a pris une grande ampleur, et c’était très difficile à démentir. Ça reste une nuisance, mais ce n’est pas parce qu’on a un deux-roues bruyant qu’on fait un rodéo. Je ne nie pas le problème des rodéos, qui existent, mais ici les faits me paraissent mal qualifiés par rapport à ce que j’ai entendu sur place”.

Cette thèse semble être confirmée par France Bleu Alsace qui nous en dit un plus. “Un rodéo urbain précise un policier à France Bleu Alsace signifie ‘l’exécution de figures et des passages répétés’, ce qui n’était apparemment pas le cas. Selon les témoignages recueillis sur les lieux, le conducteur du deux-roues faisait ronfler son moteur par des accélérations sur place. Il y avait bien des nuisances sonores produites par un scooter débridé”, explique le média.

Au bout de plusieurs jours d’emballement médiatique sans précédent sur une tragédie que Lecourrier-du-soir.com condamne avec la plus grande fermeté, la vérité commence à émerger. Mais, entre-temps, les intox ont déjà gagné la bataille de l’info. Car, pendant plus de 72 heures, les messages de haine à caractère raciste et xénophobe ont pullulé sur la toile.