Joe Biden achète 10 millions doses pour vacciner les bébés et déclenche la colère du Conseil Mondial de la Santé

La décision du gouvernement américain de vacciner les enfants âgés de 6 mois à 4 ans n’est pas du goût du World Council for Health (Conseil Mondial de la Santé) qui, dans un communiqué publié sur son site ce 7 juin, a demandé aux parents de s’y opposer fermement

La vaccination des enfants provoque l’immense colère de certaines organisations internationales dont le Word Council for Health qui, dans un communiqué publié ce 07 juin sur son site officiel, a appelé les parents à refuser catégoriquement de faire vacciner leurs enfants tel que voulu par le gouvernement des Etats-Unis.

En effet, ce 09 juin, Lecourrier-du-soir.com a lu un communiqué de presse publié par la Maison Blanche sur son site officiel. Dans le texte, le gouvernement ne mâche pas ses mots : “aujourd’hui, l’administration américaine annonce un plan opérationnel pour s’assurer que les vaccins (s’ils sont autorisés par la FDA et recommandés par le CDC)  seront disponibles pour les enfants”.

Dans le communiqué en question, on y apprend que la vaccination des enfants pourrait démarrer ce 20 juin. Et ce n’est pas tout. La Maison Blanche a également fait savoir que 10 millions de doses de vaccins seront disponibles pour immuniser les enfants âgés de moins de 5 ans. Ce communiqué est publié 9 jours après que Pfizer ait demandé à la FDA d’approuver son vaccin  destiné à cette tranche d’âge.

Informé de ce projet en cours et qui pourrait bien se concrétiser, le World Council for Health monte au créneau et appelle les parents à dire non. Ainsi, dans son communiqué consulté par notre média, on y lit : “la semaine prochaine, la FDA (Food and Drug Administration) se réunira pour étudier l’approbation du vaccin Covid pour les enfants âgés de 6 mois à 4 ans”.

Et d’ajouter : “nous exhortons les parents, les soignants, les enseignants, les grand-parents, les tantes et oncles partout à travers le monde à donner leur avis sur le site de FDA”. Il convient de rappeler que ce n’est pas la première fois que le Conseil Mondial de la Santé dénonce les décisions prises par des autorités officielles.

En effet, dans un communiqué publié ce 27 mai sur son site officiel, il avait vertement dénoncé la stratégie vaccinale recommandée par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) pour lutter contre la variole du singe et la stratégie de la peur mise en place par les médias.

“Des images de personnes atteintes de variole du singe utilisées par les médias un peu partout dans le monde, et dont beaucoup sont d’anciennes photos du CDC et de Getty images, ne sont pas représentatives des cas de variole constatés en ce moment. En dehors de l’Afrique, aucun décès n’a été rapporté et les dangers dont les médias se font écho sont exagérés”, déplore le communiqué.

Concernant le recours à la vaccination pour endiguer la progression de la variole du singe, le Conseil Mondial de la Santé ne mâche pas ses mots. “Il n’y a aucune base scientifique pour vacciner contre la variole afin de prévenir la variole du singe. Et chez des personnes ayant été plusieurs fois vaccinées contre le Covid, cette stratégie pourrait leur porter préjudice”, prévient-il.