La Grande-Bretagne sous le choc : des traces de cocaïne ont été retrouvées à l’intérieur du Parlement

Lindsey Hoyle, speaker au Parlement britannique, s’est dit prêt à faire venir la police dans le cadre d’une enquête après la découverte de traces de cocaïne au niveau du Parlement britannique dans des lieux auxquels seuls les députés pouvent avoir accès. A peine révélée par le Sunday Times, l’affaire provoque déjà une onde de choc dans le pays

Un scandale d’Etat qui intervient au mauvais moment pour le gouvernement britannique. En effet, en pleine guerre contre le trafic de drogue en Grande-Bretagne, la police devrait intervenir très prochainement au niveau du parlement britannique où des traces de cocaïne ont été retrouvées. Telle est la révélation faite, ces dernières heures, par plusieurs sources britanniques.

En effet, tout part d’une révélation faite par le média britannique, TheTimes.co.uk qui, ce 05 décembre, a déclenché une bombe médiatique en révélant que des chiens renifleurs devraient être déployés au Parlement britannique après que des traces de cocaïne y ont été retrouvées.

Dans sa révélation, The Times cite Sir Lindsey Hoyle, speaker du Parlement britannique, lequel a manifesté sa ferme volonté de faire venir la police afin de diligenter une enquête sur l’usage excessif de drogue par plusieurs représentants du peuple. Pire, d’après le speaker, dans les endroits où de la cocaïne a été retrouvée, seuls des députés sont autorisés à y accéder.

L’information a été immédiatement reprise par plusieurs sources, dont The Associated Press. D’après cette agence de presse américaine, les traces de cocaïne ont été retrouvées dans 11 endroits au niveau du Parlement, y compris dans une salle située tout près du bureau de Boris Johnson, actuel premier ministre britannique. L’agence de presse américaine ajoute que les révélations ont explosé au moment même où le gouvernement a annoncé une guerre contre le trafic de drogue dans tout le pays.

Une guerre anti-cocaïne qui a déjà tourné au fiasco car, ces dernières heures, plusieurs médias et responsables politiques ont fait part de leur indignation. “Cette soi-disant ‘guerre contre la drogue’ à Westminster est une vaste fumisterie“, s’est d’ailleurs agacé le média britannique, The Independent.

En attendant le dénouement de cette affaire, le tollé est général et le pays est sous le choc.