La Macronie et le Monde d’Après : après le Sextape, Griveaux chargé d’une mission sur la Défense à l’Assemblée

0
427

Benjamin Griveaux s’est vu confier une mission sur la Base Industrielle et Technologie de Défense (BITD) trois mois après le scandale sexuel qui l’avait poussé à renoncer à sa candidature à la mairie de Paris

Trois mois après avoir fait la une des médias en France, Benjamin Griveaux, député LREM, fait à nouveau parler de lui. Et cette fois-ci, ce n’est pas une affaire de Sextape, mais plutôt une promotion qui ne devrait pas plaire à ces ennemis. En effet, selon L’Opinion qui donne l’info, Griveaux va se voir confier une mission sur la “Base Industrielle et Technologique de Défense” ou encore “BITD”.

Dans la presse, on a aussi appris que l’acronyme “BITD”, qui pourrait rappeler le scandale sexuel auquel le député de Chalon-sur-Saône a eu à faire face en mars dernier à seulement quelques jours des élections municipales lorsque des vidéos intimes de lui ont fuité sur les réseaux, a été rebaptisé “BISD” (Base Industrielle de Souveraineté de la Défense).

“Des missions autour de trois thématiques” 

A en croire L’Opinion, la mission de la BISD sera de se pencher sur la place des industries de défense dans le plan de relance post-covid. Le média français ajoutera que Benjamin Griveaux n’est pas spécialiste dans ce domaine. Dans un communiqué publié par l’Assemblée, on en apprendra davantage sur cette mission sur laquelle devra travailler Griveaux.

En effet, selon le communiqué, la mission s’articulera autour de trois thématiques : relations entre autorités civiles et militaires, le rôle de l’industrie de défense dans la politique de relance et les hélicoptères des armées.

Rappelons que Benjamin Griveaux avait dû démissionner de la course pour la mairie de Paris après la diffusion de vidéos intimes sur internet. Le candidat LREM à la mairie de Paris avait alors cédé la place à Agnès Buzyn, ex ministre de la Santé très affaiblie par la gestion de crise sanitaire qui secoue le gouvernement.

Pour lire le communiqué de l’Assemblée, cliquez ici : Assemblée Nationale