L’échec spectaculaire de l’application StopCovid : elle a coûté 100 000 euros aux Français pour 3% de téléchargement

0
2851

L’application StopCovid, pourtant très vantée par le gouvernement dans sa lutte contre le Covid-19, a connu un ratage spectaculaire. Elle n’a été téléchargée que par 2,5 millions de Français, soit 3% de la population, alors que sa maintenance et son hébergement coûtent aux Français un pognon de dingue

Un flop spectaculaire. L’échec cuisant du gouvernement avec StopCovid, son application téléchargeable depuis juin pour lutter contre le Coronavirus, est sans appel. Alors qu’il a été présenté comme un outil très efficace pour juguler la progression du virus, son résultat, deux mois après son lancement, est catastrophique.

En effet, l’application StopCovid n’a été téléchargée que par 3% de la population, soit environ 2,5 millions de Français. C’est ce que nous avons appris de nos confrères de LCI qui ajoute que le flop a coûté à l’Etat 100 000 euros par mois. Le secrétaire d’Etat au numérique, Cédric O, reconnaît l’échec mais demande du temps.

“Je vous avoue que c’est un peu difficile de faire le bilan, c’est un peu tôt. Je pense qu’on ne sera pas mécontents, si l’épidémie revient, d’avoir cet outil dans la panoplie de réponses sanitaires”, a-t-il déclaré. Le flop n’est pas passé inaperçu sur Twitter où les réactions ont été très nombreuses.

“Rappel : Cédric O a montré l’étendue de son incompétence avec le fiasco de l’application StopCovid. Mais, cet HEC puant est intouchable : il était le trésorier de la campagne de Manu, donc il sait beaucoup de choses très inavouables”, réagit un internaute sous le pseudo de Bassounov.

Un autre ironise : “il devrait être content. Il a lancé StopCovid et personne l’utilise”.

“Entre 200 000 et 300 000 euros par mois”

Le ratage est d’autant plus terrible que l’application coûte très cher aux contribuables français qui d’ailleurs semblent ne pas trop s’y intéresser. En effet, il convient de rappeler qu’en juin dernier, le journal L’Obs avait révélé que la maintenance et l’hébergement de l’application sont estimés entre 200 000 et 300 000 euros par mois.

Un prix assez exorbitant pour Baptiste Robert, célèbre hacker français interrogé par le même média. “La surfacturation est un moyen de payer les entreprises rétrospectivement, disons-le! Le gouvernement doit faire preuve de réalisme et de transparence. Cette application coûtera beaucoup d’argent pour une efficacité probablement nulle”, s’indigne-t-il.

Le hacker n’avait pas tort car cette semaine, sur le micro de TF1, le médecin épidémiologiste, Martin Blanchier, a constaté que l’efficacité de l’application était quasi-nulle. “Aujourd’hui, nous pouvons considérer que c’est d’une efficacité proche de 0. Les calculs montrent qu’il faut au moins que 20% de la population l’utilise pour que ce soit impactant. Elle n’a aucun impact sur l’épidémie”, se désole-t-il.