Les USA déploient 4 navires de guerre au large des côtes russes, une première depuis les années 80

0
848

Quatre navires américains ont été déployés ce 4 mai au niveau de la mer de Barents, une première depuis les années 80

Menace ou stratégie de dissuasion ? En tout cas, celles et ceux qui pensaient que l’arrivée de Donald Trump à la tête des USA apaiserait les tensions entre les Etats-Unis et la Russie se sont probablement trompés. Et les faits sont là pour le démontrer. En effet, six ans après la crise ukrainienne qui avait exacerbé les tensions entre Moscou et Washington, les risques d’une éventuelle confrontation ne sont pas écartés.

Ainsi, en pleine crise sanitaire mondiale, les médias américains ont rapporté ce 4 mai un fait certes pas inédit, mais tout de même assez rare : le déploiement de quatre navires de guerre américains au large des côtes russes, plus précisément dans la mer de Barents. Dans la presse, on précise qu’un tel déploiement n’avait pas eu lieu depuis trois décennies.

« La Russie tient les navires de l’OTAN à l’œil » 

L’information a été confirmée ce 4 mai par l’armée américaine. « Dans ces temps de crise, il est plus que jamais important de maintenir nos opérations à travers les foyers de guerre en Europe, tout en prenant des mesures de prudence afin de protéger la santé de nos forces », a fait savoir l’amiral Adam Franchetti. Et d’ajouter : « nous restons engagés à promouvoir la paix régionale et la stabilité ».

Des informations supplémentaires ont été fournies par le média The Barent Observer qui, dans un article publié ce lundi, parle d’un navire de guerre  battant pavillon britannique et de quatre américains qui ont mené « des opérations de sécurité maritime ». Toujours selon la même source, ce vendredi 1er mai, les navires de guerre ont mené des manœuvres militaires anti-sous-marins, avec un avion de surveillance P8 américain et un sous-marin nucléaire.

Le déploiement des navires de guerre britannique et américain au large des côtes russes n’est pas passé inaperçu à Moscou car le gouvernement russe, via son ministère de la Défense, a immédiatement réagi, publiant un communiqué annonçant que sa Flotte du Nord avait commencé à surveiller les activités des forces de l’OTAN.