« Macron, tête de con ! » : « c’est une grosse erreur », regrette le prêtre Gilet Jaune Francis Michel

0
70

Le chant anti-Macron du prêtre Gilet Jaune Francis Michel ce dimanche dans une église de l’Eure suscite une vive réaction dans la classe politique française. Les médias se sont intéressés à son passé, un passé pas très glorieux. En tout cas, sur BFMTV, il dit avoir regretté son geste

L’abbé Francis Michel, le prêtre Gilet Jaune qui défraie la chronique. Filmé il y a quelques jours dans une église de l’Eure avec ses fidèles Gilets Jaunes, le prêtre Francis Michel est devenu une véritable star du mouvement social qui, après avoir gagné les rues, est en train de conquérir les églises.

Dans la vidéo qui a circulé sur les réseaux sociaux, l’on voyait le prêtre chanter : « Emmanuel Macron, tête de con, on vient te chercher chez toi ! ». Un chant qui passe mal et qui a poussé les autorités à réagir. En effet, le préfet de l’Eure a saisi la procureure de la République pour « outrage envers le chef de l’Etat et pour violation de la loi 1905 qui sépare les Eglises de l’Etat ».

« Eux, ne sont pas des moutons ! »

Mais, depuis plusieurs heures, les médias se sont particulièrement intéressés au profil de ce prêtre, jusqu’ici méconnu du grand public. En effet, déjà en février 2019, il avait rejoint le mouvement Gilets Jaunes, comme il l’a lui-même fait savoir dans une interview accordée au média normand, Le Réveil Normand.

Parlant de ses rapports avec les Gilets Jaunes, il dira : « je me sens un peu leur aumônier. Je les aime tous car ce sont des gens de conviction ! Eux, ne sont pas des moutons. A ce propos, le pape a dit qu’il fallait sentir l’odeur de ses brebis. C’est ce que je fais chaque fois que je reviens chez moi, les habits imprégnés des fumées de braseros ».

« L’abbé Francis Michel condamné pour détournement »

Le 25 mai, le prêtre avait été placé en garde à vue pour avoir empêché les forces de l’ordre d’intervenir. A cette date, il avait mis un pied sur une barricade à Paris. Malgré son charisme dans le mouvement des Gilets Jaunes, l’abbé Francis Michel ne serait pas aussi sympa qu’on le pense.

En effet, d’après France Info, il a été condamné à 15 000 d’amende en 2017 par sa hiérarchie pour avoir détourné à son profit plusieurs milliers d’euros en provenance de l’argent des quêtes de Thiberville, son ancienne paroisse qui regroupe 13 églises. Les faits datent d’il y a plus de dix ans.

« C’est une grosse erreur »

France Info nous apprend également que l’abbé Francis Michel avait été rétrogradé en 2010 par l’évêque d’Evreux et que depuis cette date, il n’est plus autorisé à célébrer des mariages. D’ailleurs, au sein de l’église française, sa présence gêne de plus en plus, comme l’affirme Christian Nourrichard, évêque d’Evreux qui dit avoir envoyé une lettre au maire de Planquay pour qu’il soit renvoyé de la paroisse. « Mais, on ne m’a jamais répond », dit l’évêque.

En attendant que la justice fasse son travail, le prêtre regrette déjà son chant anti-Macron entonné ce dimanche au milieu des plusieurs fidèles vêtus de Gilets Jaunes. « C’est une erreur, une grosse erreur, ça n’aurait jamais dû avoir lieu, je ne peux pas dire le contraire », confie-t-il.