Majorité absolue offerte à Macky Sall : au Sénégal, l’ex maire de Dakar a poignardé l’opposition dans le dos

Trop beau pour être vrai.

Le scrutin s’est joué dans un mouchoir de poche et l’opposition, dirigée par le très charismatique Ousmane Sonko, était à deux doigts de réaliser une prouesse historique, en empêchant un parti au pouvoir d’obtenir la majorité absolue lors d’une élection législative au Sénégal.

Le suspense aura duré jusqu’à la toute dernière minute. Mais, il a été tué par Pape Diop, ex maire de Dakar dont le parti Bok Guis Guis/Liguey qui a recueilli 44 862 voix (résultats définitifs) lors des législatives a finalement asséné le dernier coup de poignard à l’opposition en ralliant le parti au pouvoir. Ainsi, grâce au seul député obtenu par sa formation politique, il confère la majorité absolue à Macky Sall qui évite une cuisante débâcle politique.

La nouvelle a été annoncée hier par l’ex maire de Dakar lors d’un point de presse durant lequel il a vidé son sac. On le croyait fervent opposant au régime en place. Apparemment non! Car, ses déclarations d’hier traduisent tout le contraire et confirment que l’ex homme fort d’Abdoulaye Wade, flanqué par les ex Wadistes de la première heure, est bel et bien la cinquième roue du carrosse d’un régime finissant.

Pour en avoir le cœur net, il suffit d’écouter ses attaques acerbes, à peine voilées, destinées à l’opposition. “Ceux qui se cachent derrière leur clavier pour insulter les gens ne me font pas peur. C’est l’avenir du pays qui m’a poussé à prendre cette décision. (…) Depuis quelque temps, ce pays est pris en otage par quelques personnes et c’est inacceptable. Ces personnes qui ont trompé une partie de la jeunesse sénégalaise, je pense qu’aujourd’hui il est temps d’arrêter”, a-t-il déclaré.

En ralliant le pouvoir, Pape Diop prend d’énormes risques quant à son avenir politique. Mais, à quel prix? Le ralliement s’est-il fait au nom de l’urgente nécessité de sauver le Sénégal d’un effondrement démocratique à venir? Ou l’ex maire de Dakar a-t-il touché des dessous-de-table pour sauver le Macky de la mort politique?

Le temps nous le dira.