Mauvaise nouvelle pour Macron : des révoltes anti-Covid commencent à secouer l’Europe et la France suivra

0
773

Le temps est-il en train de donner raison à Cheikh DIENG, rédacteur en chef du média Lecourrier-du-soir.com qui, dans son nouveau livre intitulé : “Covid-19 : le monde d’après sera une dictature”, prédit une révolte inévitable des peuples contre les mesures liberticides décrétées par les gouvernements dans leur lutte contre le Covid-19?

Il faut dire que depuis un an, toutes les Démocraties sont suspendues et les peuples ont été dépourvus de tout ou partie de leurs libertés fondamentales. Les manifestations sont interdites au nom du Covid-19, les commerces, bars et restaurants sont fermés, les lieux de cultes aussi. Dans certaines parties du monde, même les universités ont été obligées de recourir à l’enseignement à distance.

Cette situation exceptionnelle que vit le monde n’a, semble-t-il, pas encore connu sa fin et si rien n’est fait pour y mettre fin, il y a des chances qu’elle ne dure dans le temps. Désormais, face à une telle situation, les peuples sont confrontés à un choix existentiel : se révolter pour arracher leur liberté à tout prix ou accepter le statut quo et disparaître.

Le choix semble avoir été fait en Allemagne et en Suisse, deux pays où des violentes manifestations ont opposé ce samedi 20 mars des citoyens hostiles aux mesures sanitaires à des forces de l’ordre. C’est du moins l’information qui a été largement relayée dans la presse ce samedi.

En effet, en Allemagne, quelque 10 000 personnes ont manifesté dans la ville de Cassel pour faire part de leur ras-le-bol. D’après le média Web.de qui relaie l’info, la manifestation, pourtant interdite par les autorités, a eu lieu dans le centre-ville de Cassel. Le média ajoute que la plupart des manifestants n’ont pas respecté le port obligatoire du masque. D’après la même source, quelques scènes de violence ont été notées.

Apparemment, l’Allemagne n’a pas été le seul pays d’Europe où des manifestants en colère sont descendus dans les rues pour dire basta. En Suisse aussi, les mesures sanitaires imposées par les autorités ont du mal à être acceptées par une partie de la population. C’est ce que Lecourrier-du-soir.com a appris samedi du média suisse RTS.CH.

En effet, d’après cette source, “quelque 8000 personnes se sont rassemblées samedi à Liestal (BL) pour manifester contre les mesures anti-Covid-19, la plupart ne portant pas de masque sanitaire. A Berne, la police a empêché une manifestation du même type de se former.”

Le média suisse ajoute : “les opposants à la politique sanitaire de la Confédération estiment que cette dernière a recours à des mesures “dictatoriales”, dont la fermeture des restaurants et des bars, pour juguler les contaminations au coronavirus. Dans un communiqué publié avant la manifestation, les protestataires, qui avaient reçu l’autorisation de la police de se rassembler, accusent les autorités d’avoir pris le pays ‘en otage’ depuis plus d’un an”.

Il faut dire que ces mini-révoltes qui viennent de se déclencher et qui risquent de gagner l’Europe dans les jours qui viennent sont une très mauvaise nouvelle pour Emmanuel Macron dont la décision prise jeudi de reconfiner 21 millions de Français a provoqué une vive indignation en France.

La réalité actuelle est que la colère des Français est désormais comparable à une cocotte-minute qui couvote et qui pourrait exploser à tout moment. Personne ne le souhaite. Mais, face à une telle situation, il faut reconnaître qu’une révolte populaire n’est plus à exclure dans ce pays et si jamais cela venait à se produire, le pouvoir macronien, très affaibli par la pandémie, ne résisterait pas longtemps.