Mauvaise nouvelle pour Macron : Sanofi, qui a reçu 200 millions de l’Etat, renonce à son vaccin ARN Messager

Le géant pharmaceutique français, Saofi, vient d’annoncer, ce 28 septembre, l’abandon du développement de son vaccin anti-covid ARN Messager. Une mauvaise nouvelle pour la France qui aspire à rester une puissance mondiale

La France est-elle en passe de devenir une puissance déclassée par ses rivaux? La question se pose en pleine crise diplomatique entre Paris et ses alliés américain et britannique qui, tout récemment, lui ont fait perdre un juteux contrat d’armement de 56 milliards d’euros avec l’Australie.

Et, sur le plan sanitaire, la situation est davantage plus critique car depuis l’avènement de la Covid en mars 2020, la France reste la seule puissance occidentale à n’avoir pas encore trouvé un vaccin contre le virus, contrairement à l’Allemagne, aux Etats-Unis, à la Chine ou encore à la Russie.

Donc, assise-t-on à l’effondrement d’une des plus grandes puissances du monde occidental? Rien pour le moment ne permet de l’affirmer. Mais, les récentes déconvenues nous prédisent sans aucun doute un avenir lugubre pour ce pays. En tout cas, l’information révélée ce 28 septembre est un coup de massue pour Emmanuel Macron.

En effet, plusieurs médias français dont France Info ont annoncé que le géant pharmaceutique, Sanofi, a mis fin au développement de son vaccin à ARN Messager. “Sanofi ne mènera pas d’essais de phase 3 pour son vaccin à ARN messager contre le Covid-19, a annoncé le laboratoire français mardi 28 septembre”, renseigne la source.

Et d’ajouter : “le groupe, qui travaillait à ce candidat-vaccin depuis mars 2020 avec Translate Bio, avait même racheté début août cette biotech américaine pour quelque 2,7 milliards d’euros. Mais malgré des résultats positifs en phases 1 et 2, Sanofi juge que celui-ci arriverait trop tard sur le marché, alors que 12 milliards de doses de vaccins contre le Covid-19 auront été produites d’ici la fin de l’année”.

L’abandon du vaccin à ARN Messenger n’est pas passé inaperçu. Ce 28 septembre, sur les réseaux sociaux, les réactions ont été nombreuses. Et pour cause! Le laboratoire français avait reçu en 2020 une promesse de financement de 200 millions d’euros de la part de l’Etat pour relocaliser certaines fabrications en France.