Mauvaise nouvelle : une étude belge conclut que la protection des vaccins anti-Covid diminue rapidement

D’après une étude menée par le centre de recherche belge Sciensano, le vaccin reste efficace contre le Covid mais sa protection diminue rapidement

Lecourrier-du-soir.com vous invite à lire l’avis du centre publié ce 26 mai

Excellente lecture

“Malgré une moindre protection contre l’infection symptomatique, les vaccins COVID-19 utilisés dans la campagne de vaccination belge offrent une protection efficace contre l’hospitalisation causée par le variant Omicron. Si la protection diminue quelques mois après la vaccination, la protection contre l’hospitalisation remonte à 87 % après une injection de rappel. C’est ce que révèlent les résultats d’une étude récente menée par Sciensano.

Chez des sujets adultes ayant reçu un schéma complet de primo-vaccination, l’efficacité de la vaccination mesurée pendant une période de dominance du variant Omicron (janvier à avril 2022) est de 37 % contre l’infection symptomatique et de 59 % contre l’hospitalisation. Lorsque les individus ont également reçu une dose de rappel, cette protection est plus élevée, soit 52 % et 87 % respectivement. On observe une diminution de cette protection au cours du temps, bien que les personnes ayant reçu une dose de rappel soient encore protégées contre l’infection symptomatique (27%) et contre l’hospitalisation (67%) environ six mois après leur dernière injection.

En outre, la même étude montre que les personnes ayant été infectées par la COVID-19 dans le passé en plus d’être vaccinées sont mieux protégées contre l’infection symptomatique que les personnes vaccinées n’ayant jamais contracté l’infection COVID-19. Cette immunité hybride (conférée par la combinaison entre l’infection et la vaccination) diminue également moins rapidement dans le temps que la protection conférée par la vaccination seule. Ce phénomène est encore accentué lorsque les personnes infectées dans le passé ont également reçu une dose de rappel. Les infections antérieures survenues plus récemment (après la mi-2021) offrent une meilleure protection contre une nouvelle infection que les infections survenues plus longtemps auparavant (avant la mi-2021).”