Moyen-Orient : un puissant institut juif appelle à une union immédiate entre l’Arabie Saoudite et Israël

Face à la menace iranienne, un influent institut juif basé à Jérusalem appelle à un rapprochement entre l’Arabie Saoudite et Israël 

Une normalisation des relations entre l’Arabie Saoudite et Israël est-elle imminente? Si, pour l’heure, rien ne permet de le confirmer, force est de constater que ces dernières années, les deux puissances régionales ont entrepris des initiatives visant au rapprochement afin de faire face à l’Iran.

Si en novembre 2020, plusieurs sources fiables avaient révélé que l’ex Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, s’était rendu en Arabie Saoudite, les deux pays refusent de se prononcer sur leurs relations diplomatiques. Cependant, les signes ne trompent pas. Plusieurs chercheurs estiment que l’heure du rapprochement a bien sonné.

C’est du moins l’opinion émise ce 17 octobre par le très influent institut juif Jerusalem Center For Public Affairs fondé en 1976 et dirigé par Dore Gold, ex ambassadeur israélien auprès des Nations-Unies et directeur-général du Ministère israélien des Affaires étrangères.

Dans son édito, l’institut légitime le régime saoudien par un titre assez révélateur : “l’Arabie Saoudite n’est plus un royaume de haine”. Dans son analyse, le diplomate Dore Gold ne se gêne pas d’embellir l’image du royaume saoudien en soulignant qu’il n’a jamais financé aucun groupe terroriste.

“L’Arabie Saoudite ne verse ni un seul centime à aucune organisation terroriste. Aujourd’hui, les principaux pays qui financent le Hamas sont la République Islamique d’Iran et le Qatar. En plus, cette année, un tribunal saoudien a condamné  69 militants du Hamas à 22 ans de prison. Quelque chose avait vraiment changé”, écrit-il.

Le président du Jerusalem Center For Public Affairs a également salué l’arrivée de Mohamed Ben Salman se félicitant des nombreuses réformes entreprises en si peu de temps par le prince héritier saoudien. Pour le diplomate, il n’y a aucun doute que l’Arabie Saoudite et Israël doivent se serrer les coudes pour faire face à la menace iranienne.

“Le chemin du futur doit être tracé par des Saoudiens et Israéliens qui partagent les mêmes idées. Les gouvernements suivront. Nous devons trouver un consensus pour la sécurité de nos nations. Il y a de gros risques à l’horizon mais il y a aussi d’énormes opportunités si nous coopérons. C’est maintenant qu’il faut agir”, insiste-t-il.

Pour lire l’édito dans son intégralité, cliquez ici : Jcpa.org