Paris : rencontre secrète entre l’extrême-droite brésilienne, gouvernement Macron et le MEDEF

0
597
Le collectif Alerte France Brésil a fait parvenir à la rédaction du média Lecourrier-du-soir.com un communiqué dénonçant une rencontre secrète organisée ce 5 juin au ministère de l’Economie par le MEDEF entre représentants du gouvernement d’extrême-droite brésilienne dirigé par Jair Bolsonaro et des élites patronales. 
Communiqué
Ce mercredi 5 juin a eu lieu, au ministère de l’Économie, le VIe Forum économique France-Brésil, organisé par MEDEF international, avec des représentants du gouvernement de Jair Bolsonaro et des élites patronales qui ont soutenu sa campagne. Cet événement, qui promouvait auprès des entreprises françaises les « opportunités économiques » offertes par la politique du gouvernement d’extrême-droite de M. Bolsonaro et qui figure dans la programmation de la Semaine de l’Amérique latine et des Caraïbes organisée sous l’égide du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, s’est déroulée à huis clos, aucun journaliste n’ayant eu l’autorisation d’y assister, chose « inhabituelle » selon les propres mots du service de presse du Ministère de l’Économie.
La mobilisation de plus d’une vingtaine d’ONG, de collectifs et d’associations, en France, en Allemagne, en Belgique, en Suisse et aux États-Unis a permis de révéler et de dénoncer la tenue de ce forum qui constitue une inacceptable légitimation de la politique de destruction de l’environnement, de violations des droits des peuples indigènes, de criminalisation des mouvements sociaux et de destruction des droits sociaux menée par l’actuel pouvoir brésilien.
Il est par ailleurs plus que paradoxal que sous la présidence de M. Macron, se présentant comme un rempart contre l’extrême-droite et un chantre de l’écologie, un tel événement puisse avoir lieu au sein d’un ministère de la République française. La tribune publiée dans Libération, la pétition en ligne (« Ne laissons pas Bercy dérouler le tapis rouge à l’extrême-droite brésilienne ») qui a jusqu’ici recueilli près de 7000 signatures signatures ainsi que l’organisation d’une manifestation devant Bercy ne sont sans doute pas étrangères à la disparition du nom de la secrétaire d’État à l’économie, Agnès Pannier-Runacher, dans la programmation (voir L’Opinion, 05/06/2019).
Cette mobilisation, qui est dans la lignée de celles des New Yorkais.e.s (collectif BRADO NY) qui, en avril, ont réussi à faire annuler une cérémonie en l’honneur de Jair Bolsonaro qui devait avoir lieu dans cette ville, n’est qu’un début ; elle montre la détermination de citoyen.ne.s qui, à travers le monde, n’acceptent pas qu’au nom d’intérêts économiques soient bafoués les valeurs de la démocratie, les droits humains et la défense de l’environnement organisé par le collectif Alerte France Brésil, RED.br (Le Réseau Européen pour la Démocratie au Brésil) et France Amérique Latine (FAL)
avec le soutien du Comité Lula (LiberezLula.org) e POID (Parti Ouvrier Indépendant Démocratique)