Pass Sanitaire en France : le Sénat se révolte contre l’Etat et menace de limiter son prolongement au 28 février

Le Sénat français se dit prêt à tenir tête à l’Etat qui veut prolonger le Pass Sanitaire jusqu’au 31 juillet 2022. Interrogé par Le Parisien, Philippe Bas, rapporteur du texte au Sénat et membre des Républicains, majoritaire au Sénat, prévoit de limiter cette prolongation au 28 février

Un vent de révolte souffle au Sénat. Moins d’une semaine après l’adoption par l’Assemblée nationale d’un prolongement du Pass Sanitaire jusqu’au 31 juillet (une adoption très largement décriée par l’opposition), c’est au tour du Sénat français de s’y opposer farouchement.

C’est en tout cas l’information obtenue par notre rédaction ce 25 octobre du journal Le Parisien. En effet, d’après cette source, le projet de loi présenté mi-octobre par le gouvernement n’est pas du goût de Philippe Bas, rapporteur du texte auprès du Sénat. Bas souhaite limiter le prolongement du Pass au 28 février.

“Le rapporteur du texte, le sénateur de la Manche Philippe Bas (Les Républicains), a déposé ce lundi plusieurs amendements qui vont profondément à l’encontre des souhaits de l’exécutif. Le changement majeur porte sur la prolongation du régime de sortie de l’état d’urgence sanitaire, qui prendrait fin au 28 février et non au 31 juillet”, renseigne Le Parisien.

“Nous ne l’acceptons que temporairement”

Le rapporteur du Sénat justifie sa position : “à partir du moment où nous sommes face à une dérogation aux lois sur les libertés et aux principes constitutionnels, nous ne l’acceptons que temporairement. Et trois mois et demi nous semble être une bonne période”.

La riposte du Sénat se prépare et sur les réseaux sociaux, beaucoup d’acteurs politiques ont déjà apporté leur soutien.