Présidentielle en Libye : soutenu par l’oligarchie financière occidentale, Saïf al-Islam, fils de Kadhafi, est candidat

Saïf al-Islam Kadhafi, fils de l’ex président libyen Mouammar Kadhafi, a officialisé sa candidature à l’élection présidentielle libyenne prévue ce 24 décembre 2021. Fort de son expérience politique, il pourrait éventuellement devenir le candidat favori de l’Occident

Sur les traces de son père. Plus de dix ans après la mort de Mouammar Kadhafi, tué en pleine rue au tout début d’une révolution populaire qui a secoué la Libye avant de déclencher une guerre civile d’une rare violence, c’est son fils, Saïf Al-Islam, qui entend sauver l’honneur de la famille en officialisant sa candidature à la présidentielle libyenne de décembre prochain.

Telle est l’information que notre média a obtenue ce 14 novembre de sources fiables. En effet, d’après le média libyen Libya Herald, Saïf Al-Islam a déposé sa candidature auprès de la Haute Commission Nationale des Elections. Toujours selon la même source, les images de la signature de la candidature de Saif ont été publiées par la Commission qui a fini par les retirer de son site.

Quelques unes de ces images ont finalement été exploitées par la presse locale. Ainsi, dans un article publié sur son site ce 14 novembre, le média Libya Observer illustre la candidature de Saif Al-Islam par une photo dans laquelle on peut voir le fils de l’ex dictateur libyen, barbe poivre sel et vêtu d’une tenue traditionnelle, entouré de ses collaborateurs. D’après les informations fournies par Libya Observer, Saïf a reçiu sa carte électorale.

Mais, déjà se pose la question de l’éligibilité de l’ex bras droit de Mouammar Kadhafi. En effet, Saïf Al-Islam est poursuivi pour crimes de guerre et crimes contre l’Humanité, ce qui peut être une entrave à sa participation à la présidentielle. Cependant, le Parlement libyen a tranché sur son cas martelant que seule une condamnation définitive pourrait annuler sa candidature, ce qui n’est toujours pas le cas.

“Saïf, le candidat chouchou de l’Occident?”

Face à la situation chaotique que vit la Libye, la véritable question à se poser est celle de savoir qui pourrait tirer profit de l’élection de Saïf Al-Islam à la tête du pays. Difficile pour le moment de fournir une réponse à cette question. Néanmoins, ce que l’on sait est qu’il a déjà tissé de très solides relations avec de puissants hommes politiques internationaux.

Le fils de Kadhafi est très proche de Tony Blair, ex premier ministre britannique et de Nat Rothschild, richissime homme d’affaires anglais. Et ce n’est pas tout. De source proche, Saïf reste toujours le chouchou de la famille royale britannique. Son carnet d’adresse pourrait donc faire de lui le chouchou de l’Occident qui cherche à tout prix à avoir la mainmise sur les richissimes ressources naturelles de ce pays.