Présidentielle : le parti de Macron déclenche une opération séduction chez les riches pour obtenir 5 millions d’euros

La République En Marche (LREM) est en pleine opération séduction afin d’obtenir de richissimes donateurs la somme de 5 millions d’euros pour compléter son budget de campagne

A quelques mois d’une élection présidentielle cruciale pour la France, la République En Marche (LREM), parti d’Emmanuel Macron, déclenche la bataille financière pour pouvoir décrocher un second mandat crucial afin de finir les travaux entamés lors du premier quinquennat.

Mais, ce second mandat ne se gagne pas seulement sur le terrain idéologique. Pour y arriver, il faut aussi compter sur le soutien financier des riches qui, en 2017, s’étaient mobilisés en masse pour porter Emmanuel Macron au pouvoir, faisant de lui le plus jeune président de la Vème République.

“Jamais deux sans trois”, dit-on et le parti présidentiel l’a bien compris. Ainsi, pour la présidentielle 2022, LREM compte adopter la même stratégie en déclenchant une opération séduction auprès des grands donateurs. C’est du moins l’information que Lecourrier-du-soir.com a obtenue ce 15 octobre du journal Le Monde.

En effet, à en croire cette source, le parti présidentielle est à la recherche de 5 millions d’euros pour compléter son budget de campagne. “Le parti présidentiel recherche 5 millions d’euros pour compléter son budget de campagne, sur les 22,5 millions de dépenses autorisées par l’Etat pour un candidat qualifié au second tour”, renseigne la source

Et d’ajouter : “environ 10 millions d’euros seront financés par emprunt bancaire, et 7 autres millions sur les fonds propres de LRM, qui bénéficie, comme tous les partis politiques, d’un financement public indexé sur ses résultats aux dernières élections législatives. Il manque donc 5 millions d’euros”.

Selon Le Monde, l’opération séduction est d’autant plus urgente que les ambitions des donateurs semblent moins grandes qu’en 2017. Parmi les têtes chercheuses citées par Le Monde, figurent Christian Dagnat, ancien banquier de BNP Paribas et Sébastien Lecornu, ministre des outre-mer. D’après les informations fournies par le média français, Lecornu a prévu de dîner, début décembre, avec les patrons du CAC 40.

Mais, par souci d’efficacité, LREM mise plutôt sur les entrepreneurs, actifs ou à la retraite, ou les familles actionnaires de grandes entreprises. Mais, pourquoi cette catégorie de donateurs? A cette question, Le Monde répond : “les patrons du CAC 40 restent avant tout des salariés, rétifs à l’idée d’engager leur image dans une opération politique”.

Expliquant les raisons de l’engouement de cette catégorie envers Macron, le média français commente : “Emmanuel Macron ne manque pas d’arguments pour séduire ce public. Baisse du taux d’impôt sur les sociétés, des impôts de production, réforme de la fiscalité du capital, sacralisation du crédit impôt recherche, suppression de l’impôt de solidarité sur la fortune… Les décideurs économiques admettent volontiers que le bilan du chef de l’Etat en matière fiscale parle pour lui”.