Purge contre les opposants : Macky Sall déclenche le Maccarthysme pour instaurer la pensée unique au Sénégal

Macky Sall, un adepte du Maccarthysme. C’est la nouvelle facette (jusqu’ici méconnue) que les Sénégalais viennent de découvrir chez cet apprenti dictateur qui règne en maître dans son pays et qui ne se gêne plus d’embastiller tout citoyen qui refuse de cautionner ses dérives autoritaires.

Désormais, en déclenchant une véritable purge contre ses opposants, le Macky veut clairement instaurer une dictature de la pensée unique qui passera inéluctablement par le contrôle total de plus de 15 millions de citoyens. En tout cas, au milieu de cette purge, il y a une évidence : l’Affaire Sonko a servi à terroriser la population au maximum avec l’unique objectif de neutraliser un parti politique qui est le seul à affronter le système à ses risques et périls.

Nul besoin d’entrer dans les détails. Je vais tout simplement me limiter à planter le décor. En effet, il y a deux semaines, le premier opposant du pays, Ousmane Sonko, a été cité dans une affaire de viol qui se trouve être un pervers complot destiné à l’abattre. Dans les jours qui ont suivi, l’appareil judiciaire totalement soumis au pouvoir a agi avec une diligence impressionnante en poussant à la levée de l’immunité parlementaire du député (Ousmane Sonko) qui, dans une véritable Démocratie, aurait au moins bénéficié d’une présomption d’innocence.

L’immunité parlementaire du chef de l’opposition a ainsi été levée dans des circonstances extrêmement opaques et dans la plus vile des manières. Mais, ce n’est pas ce qui inquiète le plus les Sénégalais. Ce qui fait le plus peur est la chasse aux sorcières déclenchée par la régime pour traquer et arrêter tout sympathisant de l’opposant.

Ces derniers jours, les arrestations ont été légion et personne n’est désormais épargné par la folie d’un régime qui ne se gêne plus de détruire tous les opposants au nom de la sécurité nationale du pays. Ainsi, des agents de la SONATEL sont interpelés manu militari et accusés, sans preuve, d’avoir publié des numéros de téléphone de hautes autorités politiques sur les réseaux sociaux. Des enseignants ou activistes sympathisants d’Ousmane Sonko sont arrêtés sans qu’il ne leur soit permis d’assurer leur propre défense. Pire, la purge vient d’atterrir chez les forces de l’ordre où policiers et gendarmes, soupçonnés d’être proches de l’opposant, sont sommés de rendre des comptes.

Dans l’Affaire Sonko, il est évident que la stratégie mise en place par le régime est de déclencher un climat de terreur semblable à celui connu aux Etats-Unis sous l’appellation de “Maccarthysme” et qui a servi au sénateur Joseph McCarthy de neutraliser tout opposant au pouvoir entre 1953 et 1954.

Désormais, doté des pleins pouvoirs au nom de l’état d’urgence sanitaire, Macky Sall, président du Sénégal, a les coudées franches pour bâillonner tout citoyen qui refuse de se soumettre à son oukase. Pour le moment, ce sont les partisans d’Ousmane Sonko qui sont clairement visés. Demain, ce sera notre tour.

Face à une telle situation, il est de notre devoir de tirer la sonnette d’alarme avant qu’il ne soit trop tard (si ce n’est déjà fait) car dans des circonstances pareilles, tout citoyen qui refuse de dénoncer cette forfaiture est carrément du camp de l’oppresseur et sera aussi jugé par l’Histoire.,