Révélation explosive : Zelensky est entré en contact avec BlackRock, le plus grand fonds vautour au monde

Un communiqué officiel du gouvernement ukrainien consulté par Lecourrier-du-soir.com a confirmé, ce 19 septembre, que le président Zelensky et Laurence Fink, PDG de BlackRock, ont échangé de la reconstruction de ce pays, dévasté par plus de six mois de guerre contre la Russie de Poutine 

Les fonds vautours à l’assaut de l’Ukraine. Plus de 6 mois après le début de la guerre en Ukraine, Kiev pense à la reconstruction. Mais, celle-ci a un prix car elle est estimée par la Banque Mondiale, ce 09 septembre, à 349 milliards de dollars. Une somme faramineuse dont l’Ukraine ne dispose pas. Les fonds vautours le savent et entrent en action pour se tailler la part du lion.

C’est dans ce contexte que Lecourrier-du-soir.com a appris ce 19 septembre du média américain New York Times que le président ukrainien, Volodymir Zelensky, a rencontré Laurence D. Fink (surnommé Larry Fink), PDG de BlackRock, la plus grosse société de gestion d’actifs et d’investissements. D’après les informations obtenues par le média américain, les deux ont abordé la question de l’investissement dans un pays déchiré par la guerre.

A en croire The Times, lors d’une visio-conférence, les deux personnalités ont également abordé la question de savoir comment BlackRock pourrait apporter des conseils pro bono (gratuits) pour aider le gouvernement ukrainien à mettre en place un fonds de reconstruction afin de remettre l’économie de ce pays sur les rails

L’information a été confirmée par le gouvernement ukrainien dans un communiqué officiel publié ce 19 septembre et consulté par Lecourrier-du-soir.com. Dans ledit communiqué, le gouvernement ukrainien nous apprend que le but final de ce fonds est de créer des “opportunités aussi bien pour les investisseurs publics que privés”.

Il faut convient de souligner que cette reconstruction intervient dans un contexte de crise mondiale marquée par une éventuelle pénurie de gaz qui fait planer le risque d’une récession de grandes puissances européennes telles que l’Allemagne ou encore la France, deux pays qui dépendent du gaz russe pour faire tourner leur économie.