Sanctions contre l’Iran : comment les Etats-Unis ont tenté de piéger la diplomatie iranienne

0
409

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Jawad Zarif, visé par des sanctions de la part des Etats-Unis, a révélé ce lundi en conférence de presse comment les Etats-Unis ont voulu le piéger pour qu’il rencontre Donald Trump sans l’aval du gouvernement iranien

Les Etats-Unis veulent à tout prix gagner une guerre contre l’Iran sans jamais la livrer. En effet, en pleine crise diplomatique avec la République Islamique sur notamment la question nucléaire, les Etats-Unis qui ont tenté de faire pression sans succès sur Téhéran pour qu’elle vienne négocier autour d’une table, passe désormais à la vitesse supérieure pour arriver à leur fin.

En effet, après avoir déployé d’impressionnants moyens militaires au Moyen-Orient et après avoir promis de déployer 500 soldats en Arabie Saoudite afin d’empêcher toute « agression iranienne » sur ses alliés, l’administration Trump veut désormais à tout prix négocier une sortie de crise.

« Pas de rencontre sans l’aval du gouvernement iranien »                         

Sauf que l’Iran n’est pas la Corée du Nord et ne compte rien lâcher. Pour tout comprendre, il faut se référer aux récents événements qui se sont déroulés entre les deux pays. En effet, il y a trois jours, la presse internationale a révélé que le ministre iranien des Affaires étrangères, Jawad Zarif, a été invité à rencontre Trump à la Maison Blanche.

Selon le New Yorker, l’invitation a été transmise à Zarif par le sénateur américain Rand Paul lors d’une rencontre entre les deux hommes à New York ce 15 juillet.  Zarif lui répond qu’il ne pouvait s’engager à rencontrer le président américain sans en avoir discuté au préalable avec son gouvernement.

« Rencontre avec Trump ou sanctions »

Ce lundi, en conférence de presse, le diplomate iranien est revenu sur cette rencontre avec Rand Paul. Il a confirmé qu’il devait en effet rencontrer le président américain, mais a révélé  un détail qui jusqu’ici était complètement omis par les médias de masse, notamment nord-américains.

« Lors de mon séjour à New York, on m’a fait savoir que je devais accepter l’invitation de la Maison Blanche pour des négociations sinon je serais sanctionné dans deux semaines », a-t-il révélé. Ce fut fait. Deux semaines plus tard, les Etats-Unis annoncent des sanctions contre l’Iran.

« Zarif sanctionné pour avoir fait allusion au B-Team »

Face à la presse, Zarif explique avoir été lui-même sanctionné pour avoir prononcé l’expression « B-Team », qui fait allusion aux quatre diplomates qui veulent pousser Trump à déclarer la Guerre à l’Iran. Parmi ces diplomates, figurent Bolton, conseiller de Trump à la sécurité intérieure et Ben Salman, prince héritier saoudien.

Cette révélation de la part du ministre iranien des Affaires étrangères intervient dans un contexte très difficile marqué par une véritable guerre diplomatique entre Téhéran et Washington depuis le retrait des Etats-Unis de l’accord nucléaire iranien en 2018 (accord signé en 2015).