Scandale Covid : le Québec va taxer les non-vaccinés : 100 dollars d’impôt pour alléger le système de santé

Au Québec, l’indignation bat son plein après la sortie médiatique du premier ministre, François Legault, qui annonce que son gouvernement est en train d’étudier une “contribution santé” (taxe Covid) qui sera imposée aux personnes non-vaccinées

Dans cette pandémie à Coronavirus, les autorités sanitaires auront tout tenté pour forcer la main aux non-vaccinés et les inciter à se faire immuniser. Ainsi, après le confinement des non-vaccinés proposés par l’Autriche et le Pass Sanitaire imposé par la France, c’est la province du Québec au Canada qui fait parler d’elle en songeant à imposer une “taxe Covid” aux non-vaccinés.

C’est en tout cas l’information que Lecourrier-du-soir.com a obtenue ce 12 janvier de plusieurs sources fiables, dont le média canadien, LeDevoir.com. En effet, d’après cette source qui cite le premier ministre, François Legault, une sanction financière de plus de 100 dollars infligée aux personnes non-vaccinées est envisagée.

L’information a été confirmée par le média canadien, Journal de Montréal qui nous apprend que la proposition a été faite par le premier ministre en marge d’une conférence de presse. “Ce n’est pas vrai que 10 % de la population va nuire à l’autre 90 % en engorgeant nos hôpitaux », a déclaré François Legault en conférence de presse, mardi.

Et d’ajouter : “on pense qu’on est rendu là. Tous les adultes qui n’accepteront pas dans les prochaines semaines d’aller chercher au moins une première dose auront une facture à payer parce qu’il y a des conséquences sur notre réseau de la santé.” Dans une publication postée sur sa page Facebook et intégralement lue par Lecourrier-du-soir.com, François Legault ne décolère pas.

“La grande majorité des Québécois suivent les consignes. Mais je sens une certaine colère envers une minorité qui refuse de se faire vacciner. Même si les adultes non vaccinés ne représentent que 10% de la population, ils représentent la moitié des hospitalisations-COVID aux soins intensifs. Ça veut dire que les adultes non vaccinés ont 9 fois plus de chance d’être hospitalisées que les adultes vaccinés. C’est un fardeau énorme sur notre réseau de la santé. C’est pour ça qu’on examine la mise en place d’une contribution santé payable par tous les adultes qui refusent, pour des raisons non médicales, de se faire vacciner. On n’a pas encore décidé du montant, mais ce sera un montant significatif. On est rendu là”, peste-t-il.

“La pandémie est contre un virus et non contre de nos concitoyens”

A peine annoncée, l’idée suscite déjà une vive polémique dans le pays et provoque la colère d’une partie des médecins. Ainsi, à en croire Le Journal de Montréal, dans une lettre ouverte publiée mercredi, les Médecins québécois pour le régime public (MQRP) se sont vertement attaqués aux arguments avancés par le chef du gouvernement.

“Imputer les problèmes actuels du système de santé à la population non vaccinée est un raccourci bien douteux, soulèvent-ils. Autrement dit, un système mieux soutenu arriverait à soigner plus facilement une population avec une couverture vaccinale de 88%. (…) Nous rappelons au gouvernement que la lutte à la pandémie est contre un virus et non contre de nos concitoyens et que devant ce virus, nous nous ne sommes pas tous égaux”, concluent-ils.

Ce mercredi, sur les réseaux sociaux, la colère était bien au rendez-vous. Dans une vidéo postée sur son compte Twitter, Maxime Barnier, chef de file d’un parti politique au Canada, n’a pas mâché ses mots.