Scandale d’Etat en France : des assesseurs et présidents de bureau de vote victimes du Coronavirus

0
558

En plein scandale BuzynGate, Macron et son premier ministre risquent une nouvelle fois de se faire attaquer en justice, car une semaine après les élections municipales, plusieurs assesseurs et présidents de bureau de vote sont victimes de Covid-19

En pleine guerre contre le coronavirus, la situation se complique pour le gouvernement une semaine après les fracassantes révélations d’Agnès Buzyn dans une interview explosive accordée au journal Le Monde. En effet, une semaine après les élections, plusieurs assesseurs et présidents de bureau de votes sont, à leur tour, malades du coronavirus.

C’est en tout cas ce qu’ont révélé plusieurs médias. Les responsables des bureaux de vote se sont eux-mêmes prononcés sur leur état de santé très critique. C’est notamment le cas de Paul Hatte, président d’un bureau de vote dans le 17ème arrondissement de Paris. Dans un twitte posté ce 22 mars, il pointe du doigt la responsabilité de l’Etat.

« Président de bureau de vote dimanche dernier & diagnostiqué Covid + aujoud’hui, je lance un cri d’alarme : pourquoi nous a-t-on fait vote ? Combien de présidents de bureau dans mon cas ? Quel responsable nous a fait foncer la tête baissée vers le virus ? », s’interroge-t-il. Paul Hatte n’est pas le seul à se plaindre. Dans d’autres villes de France, assesseurs et présidents de bureau de vote flinguent l’Etat.

Ainsi, France Bleu Auvergne nous a appris ces dernières heures qu’une femme, assesseur lors des élections municipales à Billom, a aussi été testée positive au Covid-19 mercredi dernier. D’après France Bleu, la personne en question est dans un état très grave et a été hospitalisée au CHU de Clermont-Ferrand. On a aussi appris que Jean-Michel Charlat, maire de Billom, est lui aussi malade et confiné.

« Vers une plainte contre l’Etat ? »

C’est dans ce contexte que vendredi, sur sa page Facebook, la ville de Billom a publié un communiqué invitant toutes les personnes s’étant rendu au bureau de vote de l’école Guyot Dessaigne ou en mairie de prévenir les personnes avec qui elles ont été en contact « de façon à ce qu’elles appliquent les recommandations sanitaires ».

Face à cette situation, certains présidents de bureau de vote décident d’attaquer l’Etat en justice. C’est le cas d’Hervé de Lépinau, président de bureau de vote lors des municipales. Sur son compte twitter, il a promis de déposer une plainte « pour mise en danger contre plusieurs ministres auprès de la Cour de Justice de la République ».

Il convient de rappeler que plusieurs responsables politiques avaient appelé l’Etat à reporter les élections municipales. Mais, leur appel avait été totalement ignoré par le gouvernement. Une décision totalement absurde dénoncée par Agnès Buzyn, pourtant candidate de la LREM qui, dans une interview accordée au Monde, a qualifié le scrutin de « mascarade ».