Scandale en France : Lionel Lavergne, gendarme de l’Elysée, avait des liens avec la mafia Corse, selon Médiapart

0
259

Lionel Lavergne, ex gendarme de l’Elysée sous François Hollande et sous Emmanuel Macron et ancien chef du groupement de gendarmerie de la Haute-Corse entre 2009 et 2012, avait des liens avec le milieu du grand banditisme corse, d’après une information de Médiapart

Des personnalités de l’Elysée tissent-elles des liens avec la mafia corse? Mettre toutes les personnalités proches d’Emmanuel Macron dans le même sac serait une erreur gravissime. Cependant, à en croire Médiapart, le gendarme de l’Elysée, Lionel Lavergne, qui a dirigé le le Groupe de sécurité de la présidence de la République entre 2017 et 2019 avait bien noué des liens très étroits avec le milieu du grand banditisme insulaire.

Comment Médiapart a-t-il pu le découvrir? Les journalistes de la rédaction qui ont mené l’enquête évoquent le nom d’un certain Dominique Luciani, un homme suspecté d’être un tueur à gages pour le milieu corse. Luciani était sous surveillance policière depuis 2014 et chacun de ses appels téléphoniques était intercepté par la police.

Ainsi, lors d’un échange téléphonique, les policiers ont eu la grosse surprise de l’entendre jubiler à l’idée qu’un “ami gendarme” va avoir “un super boulot”. “ça va être bon pour nous”, se réjouit-il. La personne avec qui Luciani était en contact n’était autre que Jean-Luc Germani, ami de Lionel Lavergne. Lavergne et Germani ont fait connaissance lors d’une rencontre au Grand Orient de France, la loge maçonnique la plus importante de France.

Quelques jours plus tard, Luciani passera un nouveau coup de fil à un certain “Lionel”. Cette fois-ci, la ligne téléphonique est reliée à un site du ministère de la Défense. Mais, pour avoir la certitude qu’il s’agit bien de Lionel Lavergne, les policiers font écouter l’enregistrement téléphonique à un de leur collègue qui connait bien Lavergne sans lui dire de qui il s’agissait. Après avoir écouté la conversation, le gendarme ne se fait aucun doute. Pour lui, il s’agit bel et bien de Lionel Lavergne, gendarme de l’Elysée.

Pourtant, les liens qui existent entre Lavergne et le milieu du grand banditisme corse ont fait l’objet de signalement de la part de BNLCOC (Brigade Nationale de Lutte contre la Criminalité Corse). Mais, aucune suite n’a été donnée à ce signalement car Lionel Lavergne, selon Médiapart, jouissait d’une grande influence que lui procurait son appartenance au Grand Orient de France.

D’ailleurs, l’ancien directeur général de la gendarmerie, Denis Favier, dit avoir entendu parler de cette affaire, mais n’a jamais été saisi. Et ce n’est pas tout. Mis en cause dans l’Affaire Bennalla qui avait éclaté en 2018, Lionel Lavergne finira par être disculpé par la justice quelques mois plus tard.

Lionel Lavergne a quitté l’Elysée en 2019 et a été promu adjoint au Directeur des opérations et de l’emploi (DOE). Il a, sous ses ordres, 123.000 gendarmes d’active et réservistes. L’ex gendarme n’est toujours pas inquiété et il y a de forte chance qu’il ne le soit jamais. D’ailleurs, il est très apprécié par Emmanuel Macron qui lui a décerné en personne son insigne d’officier de la Légion d’Honneur le 8 juillet 2019 dans la Cour d’Honneur des Invalides.