Scandale en France : un proche d’Olivier Véran a tenté de toucher une commission sur des masques FFP2

0
483

Un proche d’Olivier Véran a tenté de toucher une commission sur une commande de masques FFP2 en pleine crise sanitaire, rapporte Mediapart

Un business qui a mal tourné. Les faits sont rapportés par Medipart ce samedi. En effet, selon le journal d’investigation qui a déjà fait trembler le pouvoir à plusieurs reprises, un proche d’Olivier Véran, ministre de la Santé, a tenté de toucher une commission sur des masques.

Le média précise que les faits datent de mi-mars dernier, en pleine crise sanitaire où toutes les nations du monde se sont livrées à une véritable guerre pour s’arracher les précieux masques FFP2. A cette date, un certain Tewfik Derbal, ancien assistant parlementaire d’Olivier Véran, devenu plus tard collaborateur de la députée LREM, Emilie Chalas, a tenté de placer une offre de masques FFP2 auprès du ministère de la Santé.

« Le contrat a été signé, mais la transaction n’a jamais été finalisée »

Selon Mediapart, ces masques étaient proposés par une société française d’import-export avec la Chine. Plusieurs médias avaient manifesté leur intérêt auprès de cette société, « sauf la France », rapporte le journal d’investigation. La société entrera alors en contact avec Derbal, qui a affirmé ses liens avec le ministère de la Santé. Mais, ce dernier profitera de son carnet d’adresse pour réclamer une commission en tant « qu’apporteur d’affaires ». « Un certain pourcentage de prix sur chaque masque », précise-t-on dans la presse.

Tewfik Derbal réussira à signer le contrat avec la société française en question mais l’assistant d’Olivier Véran ne touchera rien, car, comme l’explique Mediapart, « la transaction n’aura jamais lieu ». Les deux personnes citées dans cette affaire, Olivier Véran et Emilie Chalas, ont réagi, tentant de se disculper

« Cette histoire ne me concerne pas »

En effet, dans une interview accordée au média Le Dauphiné, Véran dira : « cette histoire ne me concerne pas. Les premières semaines, le ministère a reçu des centaines d’offres de masques, par tous les canaux imaginables, à tel point que la cellule de crise a dédié une équipe à l’examen de ces offres. L’écrasante majorité était d’ailleurs bidon, j’imagine que celle de Tewfki l’était aussi, vu qu’aucune suite n’y a été donnée. Je n’en sais plus et j’avoue que j’ai vraiment d’autres choses à gérer dans la période ».

Dans la presse, on avance qu’Emilie Chalas a aussi publié un communiqué condamnant « avec la plus grande fermeté ces faits et comportements qui sont contraires aux valeurs qui fondement mon engagement politique au service de mes concitoyens (…). Ces faits me heurtent, l’intention me heurte ».