Sommet du Commonwealth organisé au Rwanda : Kagamé gifle Macron en tournant le dos à la francophonie

Le Rwanda organisera à partir du 21 juin le sommet qui réunira tous les chefs de gouvernement du Commonwealth qui regroupe 54 pays anglophones. Un signe que l’ex colonie belge a tourné le dos au monde francophone

La France est-elle devenue la victime collatérale du génocide rwandais de 1994 qui a coûté la vie à des centaines de milliers de civils? Difficile de répondre à cette question. Mais, ce est certain est que le gouvernement de Paul Kagamé semble de plus en plus se tourner vers le monde anglophone.

Et l’information obtenue ce 14 mars par Lecourrier-du-soir.com le confirme. En effet, le Rwanda s’est dit prêt à accueillir, à compter de ce 21 juin, un sommet qui réunira tous les chefs de gouvernements du Commonwealth (organisation regroupant 54 pays anglophones).

D’après le média rwandais The New Times qui donne l’information, la secrétaire générale du Commonwealth, Patricia Scotland, était à Kigali la semaine dernière où elle a effectué une visite de trois jours. Dans une interview accordée au New Times, Patricia Scotland ne se fait aucun doute sur la capacité du Rwanda à accueillir un tel sommet en pleine pandémie à Coronavirus.

Dans la presse, on a appris que le 26ème sommet était initialement prévu pour les 22 et 27 juin 2020, mais il a finalement été annulé en raison de la pandémie. Cette fois-ci, la tenue de l’événement semble être confirmée comme on peut le lire sur le compte officiel du Commonwealth.

“La Rwanda échappe à la francophonie”

Il convient de rappeler que l’entrée du Rwanda dans le Commonwealth en 2009 est un coup dur pour la Belgique, pays colonisateur mais aussi pour la France dont le président Emmanuel Macron a beaucoup misé sur ses relations avec Paul Kagamé afin d’accroître l’influence de la France dans un pays où son image a été très ternie ces vingt dernières années.

D’ailleurs, en septembre dernier, Macron avait part de sa volonté d’ouvrir un institut de la francophonie au Rwanda et de préparer le retour de l’Agence Française de Développement dans ce pays. Et il est à noter que depuis l’arrivée de Macron à la tête de la France, les investisseurs français se ruent en masse dans ce pays.

En organisant le 26ème sommet des chefs de gouvernement du Commonwealth, le Rwanda coupe-t-il le cordon ombilical qui le liait jusqu’ici à la Francophonie? Difficile de répondre à cette question à l’heure actuelle. En tout cas, un signal très fort est envoyé à Emmanuel Macron qui doit savoir le déchiffrer.