Soupçon de conflits d’intérêt : Yves Lévy, mari d’Agnès Buzyn, est viré du Conseil d’Etat

0
4098

Yves Lévy, époux d’Agnès Lévy, ancienne ministre de la santé, a été éjecté de son siège au Conseil d’Etat sur demande de la ministre de la Justice

La tête d’Yves Lévy est tombée mais dans des circonstances extrêmement floues. En effet, on a appris ce mercredi dans la presse, du média Ouest France plus précisément qu’Yves Lévy, mari d’Agnès Buzyn, ex ministre de la santé d’Emmanuel Macron et candidate LREM à la mairie de Paris, a quitté ses fonctions de conseiller d’Etat extraordinaire.

Dans un communiqué relayé par Ouest France, on pouvait lire : « sur proposition de la garde des Sceaux, ministre de la Justice, il est mis fin sur sa demande aux fonctions de conseiller d’Etat en service extraordinaire exercées par M. Yves Lévy ». Interrogé par AFP, Yves Lévy n’a pas souhaité expliquer les raisons de son départ.

Il convient de rappeler que la nomination d’Yves Lévy, ex patron d’Inserm, le 10 octobre 2018, avait suscité une vive polémique et certains parlaient même de conflits d’intérêt étant donné que sa mission au Conseil d’Etat était liée à l’emploi, aux droits des femmes mais aussi à la santé au moment où sa femme était ministre de la santé.

« Un couple en guerre contre Raoul »

Le nom de Lévy a aussi largement circulé sur les réseaux sociaux ces derniers mois depuis le début de la pandémie. En effet, beaucoup les accusent (lui et sa femme sans preuves jusqu’ici) d’avoir tenté de mettre les bâtons dans les roues à Didier Raoult, en sabotant ses méthodes de soins du Covid-19 à base de chloroquine. En tout cas, début mai, dans une interview accordée à Paris Match, Raoult avait lancé une pique à l’ex PDG d’Inserm sans le nommer. « Si vous vous disputiez avec ma femme, j’aurais des difficultés à vous voir. C’est humain », avait-il déclaré.

Le départ de Lévy n’est pas passé inaperçu sur les réseaux sociaux où les réactions ont été légion. « Etant donné la gravité des faits reprochés à Agnès Buzyn qui s’apparentent à de la haute trahison, il serait souhaitable de retirer leurs passeports à la Buse, à son mari et à ses complices. Au cas où ils seraient tentés de fuir le pays », commente Bassounov, un internaute.