Tension au Mali : la junte emprisonne 49 militaires ivoiriens pour “atteinte à la sûreté de l’Etat”

D’après la Radio France Internationale, les 49 militaires ivoiriens arrêtés au Mali en juillet dernier ont été écroués vendredi 12 août sur ordre du procureur Samba Cissoko. Ils sont poursuivis pour “atteinte à la sûreté de l’Etat”

Pour garantir son intégrité territoriale, le Mali ne recule devant rien. Ainsi, après avoir chassé les forces occidentales de son sol, la junte malienne vient de faire parler d’elle en emprisonnant les 49 militaires ivoiriens arrêtés en juillet dernier. C’est du moins l’information révélée par plusieurs sources fiables ce 14 août.

En effet, d’après la RFI (Radio France Internationale), les 49 militaires ivoiriens ont été inculpés pour “atteinte à la sûreté de l’Etat” par le procureur Samba Cissokho. “Les 49 militaires ivoiriens détenus depuis plus d’un mois au Mali ont été inculpés et écroués vendredi 12 août pour ‘atteinte à la sûreté de l’État’. Ils sont accusés par les militaires au pouvoir au Mali d’être des ‘mercenaires’, ce que nie Abidjan. Le groupe de soldats ivoiriens est détenu depuis le 10 juillet à Bamako”, renseigne la source.

Et de poursuivre : “les militaires ivoiriens, qui comptent parmi eux au moins deux femmes, ne seraient pas détenus à la prison civile de Bamako, mais dans le camp militaire où ils étaient depuis leur interpellation le 10 juillet dernier.” L’information a été confirmée ces dernières heures par Serge Daniel, correspondant de la RFI qui apporte plus de précision dans un twitte.

“D’après mes infos, les 49 militaires ivoiriens interpellés le 10/7 à l’aéroport de Bko ont été inculpés ” d’atteinte à la sûreté de l’état”et placés sous mandat de dépôt, par le Procureur du Pôle judiciaire de lutte contre le terrorisme et le crime organisé”, a-t-il réagi.

Il convient de souligner que l’arrestation des militaires ivoiriens intervient dans un contexte extrêmement houleux par une guerre des mots entre le Mali et ses ex partenaires occidentaux dont la France. D’ailleurs, à leur arrivée au pouvoir après avoir renversé l’ex président IBK, la junte militaire a tourné le dos à la France pour tendre la main à la Russie, devenue incontestablement le nouveau chouchou des autorités maliennes.

Le Mali a-t-il définitivement tourné le dos à l’Occident? La question se pose et trop tôt d’apporter une réponse à cette question. Cependant, ce qui est sûr, c’est que les récents développements dans les relations entre Bamako et l’Occident n’augurent rien de bon et semblent préciser que les liens sont rompus.