Tension au Sahel : l’Algérie va signer un contrat d’armement de 7 milliards dollars avec la Russie et la France tremble

L’Algérie va signer un contrat d’armement de 7 milliards de dollars avec la Russie et la France est très inquiète 

La Russie attire de plus en plus de pays sur le continent africain et ce n’est pas une bonne nouvelle pour la France. Ainsi, après avoir noué des liens très étroits avec le gouvernement de la Centrafrique et du Mali et après avoir déployé une partie de ses soldats en Libye, la Russie vise désormais l’Algérie, pays dont les relations avec Paris n’ont jamais été chaleureuses. Et il faut désormais s’attendre à ce que les rapports entre Paris et Alger soient davantage houleux.

En effet, Lecourrier-du-soir.com a appris ce samedi 03 juillet que l”Algérie est sur le point de signer un contrat d’armement d’un montant de 7 milliards de dollars avec la Russie de Poutine. D’après le Middle East Monitor qui donne l’information, le général et commandant des forces armées algériennes, Said Chengriha, s’est déjà rendu à Moscou il y a une semaine pour y effectuer une visite suivie de près par l’Union Européenne.

“La France, l’Italie et l’Espagne sont très inquiètes”

Parmi les matériels de guerre achetés par l’Algérie, figurent des Sukhoi 57 et des Sukhoi 34. Selon la source, la Russie n’a pour le moment vendu à aucun pays du monde ses Sukhoi 57. Au sein de l’Union Européenne, l’indignation est de mise et l’inquiétude gagne du terrain. En effet, selon The Middle East Monitor, la France, l’Italie, l’Espagne ainsi que certains pays arabes observent le rapprochement entre Alger et Moscou avec beaucoup de préoccupation.

“La France et l’Italie sont en train de spéculer sur la manière dont la coordination entre Alger et Moscou va se développer au Sahel, une région dans laquelle la Chine et la Russie ont de gros intérêts (à sauvegarder) en raison de ses ressources minières. En tant que puissance régionale, l’Algérie peut être une grande porte d’entrée pour eux (les Russes et les Chinois)”, note The Middle East Monitor.

Il convient de rappeler que ce contrat d’armement est une très mauvaise nouvelle pour la France qui voit ses intérêts en Afrique de plus en plus menacer par la Chine et la Russie. D’ailleurs, en juin 2021, la France a dû couper une aide de 10 millions d’euros destinée à la Centrafrique (qui noue des relations très cordiales avec la Russie) et un mois auparavant, en raison d’une mésentente avec les autorités maliennes, Paris a dû suspendre son partenariat militaire avec Bamako avant d’annoncer sa reprise ce 02 juillet.