Tension politique : en pleine crise, la Russie envoie 99 militaires au Venezuela

0
74

99 chefs militaires russes seraient arrivés au Venezuela ce samedi 23 mars 2019 en pleine crise politique dans ce pays d’Amérique Latine

En pleine crise politique au Venezuela, le Kremlin déploie son personnel militaire à Caracas, capitale du pays. C’est en tout cas ce que nous a appris l’agence de presse russe, Sputnik qui cite une source basée à Caracas. Selon Sputnik, les chefs militaires russes doivent rencontrer des collègues vénézuéliens en vue de s’entretenir sur des questions liées à la coopération militaire entre les deux pays.

« La Russie et le Venezuela sont liés par de nombreux contrats qui sont en train d’être honorés, dont des contrats liés à la coopération militaire et technique », a indiqué la source. Selon l’agence de presse russe, les avions transportant les responsables militaires russes ont atterri sur le sol vénézuélien ce samedi.

« 99 militaires russes et 35 tonnes de matériels »

Les avions transportaient à leur borde 99 militaires et 35 tonnes de matériels, nous apprend-t-on. Cette même information a été reprise par les médias du Venezuela. En effet, ce dimanche, l’agence caribéenne a confirmé l’arrivée de soldats russes sur le territoire et ajoute que ces derniers ont été accueillis, à leur arrivée, par des diplomates de l’ambassade russe à Caracas.

Jusqu’ici, les rumeurs les plus folles circulent sur la toile et de nombreuses questions sont posées concernant l’arrivée de soldats russes au Venezuela. Rappelons que l’arrivée de ces hommes intervient dans un contexte politique très tendu marqué par une guerre des mots sans précédent entre Nicolas Maduro, actuel président du Venezuela et soutien de la Russie et Juan Guaido, opposant soutenu par les Etats-Unis et l’Union Européenne.

Si la stratégie de l’Occident reste incertaine au Venezuela, pour la Russie, il est hors de question de laisser les Etats-Unis mener une intervention militaire dans ce pays. « Cela nous préoccuperait énormément que les Etats-Unis puissent mener une quelconque intervention pour verser le sang et ainsi trouver une excuse et un motif d’intervention au Venezuela. Mais, nous ferons tout ce qui est possible pour que cela n’arrive pas », avait déclaré Valentina Matviyenko, présidente du Sénat russe ce 4 mars.