Vente d’armes : pour plaire au puissant lobby NRA, Trump retire les Etats-Unis du Traité ATT

0
293

Donald Trump a retiré, ce vendredi 26 avril 2019, les Etats-Unis du fameux Traité (Arms Trade Treaty) signé en 2013 à l’ONU pour réguler la vente des armes conventionnelles

Donald Trump s’est mis à quatre pattes face au tout-puissant lobby des armes, NRA. Le 45ème président des Etats-Unis, qui s’est rendu ce vendredi à Indianapolis où il a rencontré le lobby des armes, a pris une décision qui été largement relayée par les médias du monde : le retrait des Etats-Unis de l’ATT (Arms Trade Treaty) sur le commerce des armes.

En effet, selon Fox News, le traité en question, signé en 2013 par l’ex président Barack Obama et qui devait être ratifié par le Sénat, avait pour objectif de réguler le commerce des armes conventionnelles sur le plan international. Le but était, selon Fox News, « de prévenir et d’éradiquer le commerce illicite des armes conventionnelles et d’interdire leur dérive ».

Un traité qui n’a jamais été du goût du lobby NRA qui a toujours craint que le reste du monde puisse avoir son mot sur le business des armes aux Etats-Unis. Une crainte que Donald Trump a éliminée ce vendredi, annonçant ouvertement avoir retiré les Etats-Unis de ce traité.

« Nous ne soumettrons la souveraineté américaine à personne »

« J’annonce officiellement que les Etats-Unis révoqueront la signature (des USA) de ce traité très louche, nous reprenons notre signature », a-t-il lancé. Et d’ajouter : « sous mon administration, nous ne soumettrons jamais la souveraineté américaine à personne, nous n’admettrons jamais que des bureaucrates étrangers piétinent votre Second Amendement et voilà pourquoi mon administration ne ratifiera jamais ce traité de l’ONU. »

S’adressant à l’ONU, il dira : « les Nations-Unis seront bientôt informées que les Etats-Unis rejettent ce traité ». Sous les applaudissements du public, il lance : « je vais signer immédiatement, devant de nombreux témoins, un décret exigeant du Sénat de mettre fin à la procédure de ratification du traité ». Galvanisé par un public en liesse, Donald Trump sort son stylo et signe le décret devant une foule ivre de joie et scandant : « USA ! USA ! ».