Vladimir Poutine : “en Russie, personne ne devrait être poursuivi en justice pour avoir refusé de se faire vacciner”

Vladimir Poutine, président de la Russie

Face à la presse ce jeudi 23 décembre, Vladimir Poutine, président russe, a, une nouvelle fois, réitéré son opposition ferme à la vaccination obligatoire tout en mettant en garde contre les poursuites judiciaires visant les citoyens non-vaccinés

Vladimir Poutine refuse catégoriquement que les citoyens russes non vaccinés fassent l’objet de poursuites judiciaires. En effet, après avoir publiquement affiché son opposition à la vaccination obligatoire, le président russe estime que dans le cadre de la vaccination contre le Covid, le dialogue devrait l’emporter sur l’obligation.

C’est du moins ce qui a été révélé ce 23 décembre par l’agence de presse russe Tass. En effet, d’après cette source, le président russe s’est entretenu avec les médias du pays en marge d’une conférence de presse annuelle qui a été organisée ce jeudi au Kremlin et lors de laquelle plusieurs sujets ont été abordés.

“Les gens doivent être respectées quelle que soit leur position”

Concernant la vaccination obligatoire, Poutine est clair et précis : “personne ne devrait être poursuivi en justice en Russie pour avoir refusé de se faire vacciner”. Et d’ajouter : “le problème est que dès que vous exercez la force, il y aura toujours un moyen pour la contourner. Les gens doivent être respectés quelle que soit leur position. Nous devons, avec patience, leur expliquer pourquoi c’est important de prendre certaines mesures”.

Il convient de souligner que ce n’est pas la première fois que Vladimir Poutine tranche en faveur du dialogue pour inciter ses concitoyens à se faire vacciner. Mai dernier, lors d’une visio-conférence relayée par l’agence ce presse, Tass, l’homme fort de Moscou avait été très catégorique sur son refus d’imposer la vaccination obligatoire.

“A mon avis, c’est contreproductif et inutile de rendre obligatoire la vaccination”, avait-il martelé. Pour le président russe, cité par l’agence de presse, les gens doivent se faire vacciner lorsqu’ils jugeront que c’est nécessaire pour leur santé. Et sept mois plus tard, la position de Poutine n’a toujours pas bougé d’un iota.