Accident ou assassinat ? : un témoin dans l’affaire de corruption impliquant Netanyahou tué dans un crash d’avion

Prime Minister Benjamin Netanyahu

Haim Geron, l’un des témoins d’une affaire de corruption impliquant Benjamin Netanyahou, ex Premier ministre israélien, est mort lundi 13 septembre 2021 dans un crash 

Une mort mystérieuse qui intrigue plus d’un. La presse israélienne a révélé ces derniers jours un événement tragique qui suscite moult commentaires en Israël : la mort subite de Haim Geron, décédé dans un accident d’avion lundi dernier en Grèce. Sa femme qui était à bord de l’avion a, elle aussi, perdu la vie.

Mais, qui était Haim Geron? A cette question, le média Times Of Israel semble détenir la réponse. En effet, d’après cette source, il a été vice-directeur du ministère israélien de la communication. Et ce n’est pas tout. Il a été l’un des témoins clé d’une affaire de corruption dans laquelle Benjamin Netanyahou, ex Premier ministre israélien, a été impliqué.

L’information a été reprise par d’autres sources, dont YnetNews qui révèle qu’une faille technique aurait été à l’origine de l’accident. La source ajoute que son avion a disparu des radars aux alentours de 20h00 (Heure d’Israël). Si, pour le moment, rien n’indique qu’il s’agit d’un assassinat, le doute s’est, tout de même, installé dans tous les esprits.

En tout cas, dans un twitte posté quelques heures après l’annonce de la nouvelle par les médias, Annie Jacobsen, très célèbre journaliste d’investigation américaine, a attisé la curiosité de plus d’un. “Des témoins qui meurent dans des crash d’avion suscitent toujours des suspicions. Questions”, écrit-elle.

“Netanyahou risque la prison”

Il convient de rappeler que Benjamin Netanyahou, ancien Premier ministre,, a été inculpé fin novembre 2019 par le procureur général, Avichai Mandelblit dans les affaires dites “Case 4000, Case 1000 et Case 2000”. Si les faits qui lui sont reprochés sont avérés, Netanyahou risque la prison.

Dans l’affaire Case 4000, Netanyahou est accusé d’avoir corrompu Shaul Elovitch, homme d’affaires et principal actionnaire du média Bezeq et Walla. Le but, pour Netanyahou, était d’obtenir une couverture médiatique favorable en échange d’importantes retombées financières.

Dans l’affaire dite Case 2000, Benjamin Netanyahou est accusé d’avoir corrompu l’homme d’affaires, Arnon Mozes, patron et éditeur du média « Yedioth Ahronoth ». Dans cette affaire, le premier ministre israélien essayait, encore une fois, d’obtenir une couverture médiatique favorable. Dans l’affaire Case 1000, Netanyahou est accusé d’avoir reçu des objets de valeur estimés à 264 000 dollars des mains de richissimes hommes d’affaires israéliens.