Affaire De Rugy, Affaire Benalla : la Macronie est en train de pourrir

0
670
Emmanuel Macron, Président de la France

L’empire Macron ne tient plus. En effet, les révélations gravissimes qui accablent des membres de son gouvernement ne donnent plus aucune chance à Macron de briguer un second mandat. Déjà sa politique est fortement contestée, si à cela s’ajoutent des magouilles au plus haut sommet de l’Etat, le quinquennat se résume en un seul mot : fiasco.

Rappelons que l’affaire Benalla avait éclaté à la même période l’année dernière. A cette date, Médiapart avait publié une vidéo compromettante dans laquelle on voyait, Alexandre Benalla, collaborateur de Macron, tabasser violemment des manifestants lors de la fête du 1er mai.

L’affaire avait suscité un scandale d’Etat qui avait fini par dévoiler des secrets. On apprendra plus tard que Benalla ne fut pas qu’un simple collaborateur. Il détenait 4 passeports diplomatiques et avait effectué 20 voyages à l’étranger pour le compte de l’Elysée, mettant Emmanuel Macron et son gouvernement dans l’embarras.

Un an plus tard, c’est l’affaire De Rugy qui fait polémique. L’affaire est d’autant plus grave qu’il s’agit d’un ministre du gouvernement Macron. Médiapart accuse en effet le ministre de la Transition écologique de s’être servi de l’argent du contribuable français pour rénover des appartements privés de son ministère.

Médiapart parle de plus 63 000 euros. Les travaux ont eu lieu entre fin 2018 et début 2019. Les travaux de peinture ont coûté 35 390 euros, les travaux de moquettes et de parquets évalués à 4 639 euros. La réfection d’une salle de bain est estimée à 6 057 euros et le dressing à 16 996 euros. Et ce n’est pas tout. Le ministre de Macron est accusé d’avoir organisé des diners mondains avec des amis en se servant de l’argent des Français.

Nul besoin d’entrer dans les détails. En effet, il ne s’agit pour l’instant que d’accusations émanant d’un média dont la crédibilité n’est pas remise en cause. Pour l’heure, François De Rugy s’est contenté de contester les faits qui lui sont reprochés. La vérité éclatera sans aucun doute dans les jours qui viennent.

Ce qu’il faut remarquer ici est la fragilité de l’empire Macron qui, en réalité, ne tient qu’à un fil. Le plus jeune président de la Vème République, en raison de son jeune âge, n’a pas su s’entourer des hommes qu’il faut. Son gouvernement n’est qu’un ramassis de technocrates qui n’ont jamais côtoyé le pouvoir.

Qu’ils soient ministres ou diplomates, les proches collaborateurs de Macron sont, pour la plupart, des amis de longue date ou des « Macron-compatibles » qui, après la mort de la gauche et la chute de la droite, sont venus goûter à la « soupe », en s’affichant ouvertement avec un président dont ils ont toujours combattu l’idéologie.

N’est-ce pas Bruno Le Maire, actuel ministre de l’Economie, qui disait ceci de Macron avant son élection à la tête de la France : « Emmanuel Macron, c’est l’homme sans projet parce que c’est l’homme sans conviction » ? Pourtant, il fut partie de l’un des premiers à rejoindre le jeune président. Quelle contradiction !

N’est-ce pas Edouard Philippe qui se posait la question de savoir ce que ferait Macron s’il était élu. « On peut regarder le personnage (Macron) avec bienveillance sur le thème du renouvellement, de la disruption peut-être, mais la question est : ‘qu’est-ce que ferait Macron s’il était élu Président de la République ? Et avec qui ?’ ». Edouard Philippe finira par être nommé Premier ministre de Macron. Quelle ironie !

Et la liste n’est pas exhaustive. Loiseau, Castaner, Darmanin, Griveaux, Mahjoubi, Le Drian… ont rejoint Emmanuel Macron, non pas par conviction politique, ni pour sauver la France, mais pour assurer leur survie politique.

Emmanuel Macron a été élu Président dans un contexte qui lui a été extrêmement favorable où les deux partis qui se sont partagés le pouvoir depuis plusieurs décennies ont complètement touché le fond. En France, la Droite républicaine et le parti socialiste sont à l’agonie et disparaîtront sous peu. Si un de ces partis tenait encore, Macron ne serait jamais à l’Elysée.

Une fois installé à la l’Elysée, (et puisqu’il lui manquait l’ADN politique car n’ayant jamais occupé aucune fonction politique à part celle de ministre de l’Economie sous Hollande), il n’a jamais su s’entourer des bonnes personnes. A part quelques poids lourds tels que Jean-Yves Le Drian ou Gérard Collomb qui a rendu le tablier depuis octobre 2018, Macron est entouré par des novices qui se soucient plus de leur propre promotion politique et médiatique que de l’avenir politique du plus jeune président de la Vème république.

On n’a pas affaire à un gouvernement digne de ce nom, mais plutôt à une bande de copains qui tentent, en grappillant des idées à gauche et à droite, de réparer des erreurs politiques, économiques et sociales commises par les gouvernements précédents. Pis, à son arrivée au pouvoir, Macron aggrave la situation car une bonne partie de sa politique est dictée par des technocrates basés à Bruxelles.

Les affaires Benalla, De Rugy…en disent long sur l’état de la France sous Macron. Ce à quoi nous assistons n’est rien d’autre que la putréfaction d’un quinquennat qui n’a plus de suspense et dont les Français n’attendent désormais pas grand-chose. Le système l’a très bien compris et cherche activement un successeur à un Macron arrivé au pouvoir par accident.

La Macronie est en train de pourrir.