Assassinat du président haïtien : plusieurs suspects arrêtés sont des agents américains du FBI et du DEA

Les Etats-Unis ont-ils commandité la mort de Jovenel Moise, ex président haïtien assassiné ce 7 juillet dans sa résidence? Difficile de répondre à cette question pour le moment. En tout cas, les enquêtes menées jusqu’ici confirment que les assassins ont bien des liens très étroits avec des services de renseignement américain, dont le FBI

Une semaine après l’assassinat abject de Jovenel Moïse, ex président d’Haïti, tué dans sa résidence dans la nuit du 6 au 7 juillet par des mercenaires, la vérité commence à apparaître au grand jour et toutes les pistes mènent vers le pays de l’Oncle Sam comme l’indiquent les médias américains eux-mêmes.

En effet, ce 13 juillet, CNN qui cite des sources proches de l’enquête, affirme que plusieurs des personnes arrêtées sont des espions américains. Le média américain ajoute qu’au moins un des hommes arrêtés était un espion du DEA (Drug Enforcement Administration), l’agence américaine chargée de lutter contre le trafic de drogue et très active en Amérique du Sud.

Le DEA a reconnu dans un communiqué relayé par la chaîne américaine qu’effectivement un des suspects impliqués dans l’assassinat a travaillé avec l’agence à laquelle il a fourni, dans le passé, des informations confidentielles. Dans son communiqué, le DEA en dit plus sur ce suspect au profil très étrange.

“Le DEA reconnaît son lien avec l’un des suspects”

“Après l’assassinat du président haïtien, le suspect a pris langue avec ses contacts établis au DEA. Un fonctionnaire du DEA en service en Haïti lui a donné l’ordre de se rendre aux autorités locales”, précise le communiqué, ajoutant que le DEA a alors fourni aux autorités haïtiennes des informations les ayant aidé à mettre la main sur les autres suspects.

Le DEA a également reconnu qu’un des suspects impliqué dans le meurtre de Jovenel Moïse a crié “DEA!” avant de commettre son acte, mais rejette catégoriquement la thèse selon laquelle ce dernier a agi au nom de l’agence. Le média américain ne s’arrête pas là. En effet, d’après CNN, d’autres suspects sont aussi liés aux Etats-Unis car ayant travaillé comme espion du FBI.

“Christian Emmanuel Sanon, le businessman qui aurait tout commandité”

En tout cas, dans cette affaire digne d’un film Hollywoodien, le nom d’un puissant homme d’affaires a été cité dans la presse. Il s’agit de Christian Emmanuel Sanon, âgé de 63 ans et né en Haïti. D’après les autorités haïtiennes, citées par CNN, ce dernier (Sanon) s’est octroyé les services d’une entreprise privée du nom de CTU Security, basée en Floride, laquelle entreprise a recruté les commandos dont la mission a plus tard été changée.

Pour l’instant, difficile de dire lequel des suspects est l’agent du DEA en question. Toutefois, selon The New York Post, il s’agirait de Joseph Gertrand Vincent. Un homme connu des services de renseignement américains pour avoir été condamné il y a 20 ans pour falsification d’identité. Il a plus tard été recruté comme espion par le DEA.

Vincent a été arrêté en compagnie de son collègue américain du nom de James Solages, âgé de 35 ans et qui assume totalement être “un agent diplomatique certifié”. Vincent et son collègue auraient déclaré aux enquêteurs qu’ils étaient recrutés comme traducteurs pour un commando colombien dont la mission était d’arrêter Jovenel Moise, le président haïtien tué le 7 juillet dernier.