Attentat de Strasbourg et déclenchement du Vigipirate : l’Acte 5 des gilets jaunes aura-t-il lieu ?

0
223

Le gouvernement vient de déclencher le plan Vigipirate suite à l’attentat de Strasbourg qui a fait pour le moment 3 morts et quelque 13 blessés. L’attentat intervient au moment où mes gilets jaunes se préparent à un Acte 5 sur tout le territoire français

En pleine crise des gilets jaunes, Strasbourg frappé par un attentat terroriste. Ce mardi soir, un homme toujours activement recherché a ouvert le feu faisant pour le moment trois morts et plusieurs blessés. Pour l’heure, très peu d’informations ont été fournies sur cet individu fiché S.

Dans la presse, des détails ont été fournis sur l’attentat de Strasbourg. En effet, en prenant la fuite, l’homme a laissé à bord d’un taxi quelques éléments clés sur sa personnalité. Il s’agit de Chérif C, âgé de 29 ans, né à Strasbourg, une ville où il a eu à côtoyer des milieux salafistes.

Face à la gravité de la situation, la France est passée en urgence attentat. C’est ce qui a été confirmée par Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur. « Nous sommes actuellement en France en posture Vigipirate renforcée, le gouvernement vient de décider de passer en état d’urgence, avec la mise en place de contrôles renforcés aux frontières, et des contrôles renforcés sur l’ensemble des marchés de Noël en France pour éviter le risque de mimétisme », a-t-il déclaré.

Rappelons que cet attentat intervient au moment où les gilets jaunes envisagent de mener un Acte 5 sur l’ensemble du territoire. En effet, au lendemain de l’allocution d’Emmanuel Macron, beaucoup d’entre eux semblent ne pas être très convaincus par le discours du président français et souhaitent battre le pavé ce samedi 15 décembre.

D’après le JDD, 2 100 personnes ont manifesté leur volonté de participer à l’Acte 5 de ce samedi et 13 000 se disent intéressées, contre 490 participants et 2 900 intéressées lundi en début d’après-midi. Dans un sondage publié par Eric Drouet, un des porte-paroles du mouvement, 14 000 personnes disent vouloir un Acte 5.

Il est évident que le discours de Macron n’a pas tout à fait convaincu et qu’un Acte 5 aura lieu inévitablement. La question est : en raison de l’état d’urgence attentat décrété, le gouvernement acceptera-t-il la tenue de manifestations dans une telle situation ? Nous en saurons un peu plus dans les heures qui viennent.