Bataille pour le contrôle de la Libye : l’Europe injecte 26 millions dans le Sud contrôlé par le sanguinaire Haftar

L’UE (Union Européenne) vient d’injecter 26,2 millions d’euros dans le sud de la Libye, zone sous contrôle des hommes de Khalifa Haftar, ex agent de la CIA qui aspire à marcher sur Tripoli

La bataille est lancée pour le contrôle de la Libye post-Kadhafi. En effet, au bout de presque 10 ans de guerre civile, l’Occident, la Russie, la Turquie mais aussi les pays du Golfe se livrent une bataille sans merci pour contrôler la Libye, pays richissime en pétrole et dont les dividendes de guerre devraient atteindre les 162 milliards de dollars d’ici 2025, d’après le média libyen Libya Herald.

Ainsi, la manne pétrolière de ce pays africain ne laisse aucune puissance étrangère indifférente. L’Europe l’a parfaitement compris et n’a cessé, ces dernières années, de multiplier les initiatives pour se tailler la plus grosse part du lion. C’est dans ce contexte que Lecourrier-du-soir.com a appris ce 05 juillet du média ReliefWeb le financement de 26,2 millions d’euros débloqué par l’Union Européenne afin de renforcer sa coopération avec le sud de la Libye, zone sous contrôle du seigneur de guerre, Khalifa Haftar.

“14 municipalités en seront bénéficiaires”

En effet, d’après ReliefWeb qui donne l’information, cet argent ira dans 14 municipalités situées dans le sud du pays. L’objectif, souligne le média, est de relancer le développement économique durable, la cohésion sociale mais aussi la sécurité humaine. Les fonds ont été octroyés à Baladiyati, un programme entièrement financé par l’UE.

D’après ReliefWeb, depuis octobre, le fonds a largement participé à améliorer les conditions de vie et de résilience de 27 municipalités vulnérables à travers la Libye en intervenant dans le domaine de l’Education, de la Santé mais aussi de l’assainissement. La question à se poser est celle de savoir si cet argent n’ira pas dans les poches de Khalifa Haftar, seigneur de guerre soutenu par les Etats-Unis, la France et les pays du Golfe et qui contrôle le sud de la Libye depuis plusieurs années.

Il convient de souligner que la Libye post-Khadafi suscite la convoitise de toutes les puissances étrangères en raison de son emplacement stratégique sur le continent africain (à mi-chemin entre l’Afrique et l’Europe) mais aussi de son importante production pétrolière. Une production pétrolière très fortement affaiblie par la guerre civile qui ronge le pays depuis 2011, date à laquelle Mouammar Kadhafi a été tué par des manifestants.