Comment expliquer la pénurie de main-d’œuvre compétente dans le BTP en France ?

Par suite de la pandémie que le monde a vécu ces deux dernières années, un grand problème commence à inquiéter les professionnels du secteur de construction et de BTP : une pénurie de la main d’œuvre qualifiée. En effet, grâce à la relance économique et les aides financières proposées plusieurs sociétés traversent actuellement un redémarrage d’activités. Cette relance n’est pas évidente : il est clair que les entreprises se retrouvent face à une incapacité de recrutement dans certains métiers et compétences du bâtiment et de la main d’œuvre compétente en France.

Une pénurie de main d’œuvre mondiale

Dans une conférence qui s’est tenue à Aix-en-Provence, quelques dirigeants de sociétés pour partager leur inquiétude par rapport au marché du travail actuel. La crise liée au Covid-19 a accentué la pénurie de main-d’œuvre. Ces difficultés arrivent en parallèle du rebond économique et la relance d’activités dans le secteur du BTP comme d’autres secteurs nécessitant des travailleurs qualifiés.

Un DG d’un groupe français industriel de grande taille a confirmé cette problématique en annonçant que l’entreprise a publié des offres pour plus de 150 postes disponibles dans deux sites du groupe situés en France, mais les services de recrutement n’ont réceptionné aucun CV. Le dirigeant a ajouté que la crise a probablement influencé sur la relation que les gens ont avec le travail. Il ajoute que ce souci est d’ordre international, et que les Etats-Unis affrontent les mêmes difficultés actuellement.

En effet, la Banque Centrale Américaine (FED) a affirmé dans un rapport publié en début juin que les sociétés américaines ont du mal à recruter des ressources pour répondre à la demande croissante.

Une pénurie malgré un taux de chômage élevé

Alexandre Delaigue, professeur d’économie à l’Université de Lille explique à atlantico que les emplois ne peuvent pas être interchangeables. Les compétences sont les piliers du recrutement dans le marché de travail. La pénurie peut donc s’expliquer par l’harmonie ou l’adéquation entre les candidats et les employeurs. Pour équilibrer les compétences et la satisfaction des employeurs, il existe en France un système de formation à disposition.

Une agence d’intérim spécialisée dans la construction comme Teampower™ peut jouer un rôle capital et intermédiaire sur un marché de l’emploi critique comme celui de la construction et du BTP. Après une crise mondiale comme celle que nous venons de traverser, Alexandre Delaigue affirme qu’il faut du temps avant que les difficultés de recrutement ne soient dépassées.

L’approvisionnement comme frein supplémentaire

La problématique du recrutement de main d’œuvre compétente chez toute agence d intérim spécialisée n’est pas le seul sujet qui inquiète les dirigeants des grands groupes. La crise que nous traversons a poussé les approvisionnements à freiner, et surtout les matières premières et les matériaux nécessaires pour mener les activités des entreprises. La Banque de France a dirigé une enquête qui démontre que la moitié des sociétés dans le bâtiment souffrent de retards d’approvisionnement. Le secteur automobile n’est pas épargné. Un responsable d’un groupe français manufacturier a affirmé que « c’est un bazar complet ». Sa structure a mis en place 23 ateliers de travail pour contrer les problèmes récents d’approvisionnements. Il estime également que ces problèmes pourraient persister jusqu’à l’année 2023.

Une feuille de route pratique

Selon Bernard Cohen-Hadad, président de la Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME Paris IdF) des investissements sont nécessaires pour la formation des salariés ainsi que les milliers de demandeurs d’emploi dans le secteur du bâtiment ou les autres secteurs concernés. C’est plus de 755 000 demandeurs d’emploi en Île-de-France qui pourraient bénéficier de nouvelles mesures.

Pour le domaine du BTP et de la construction, selon M. Cohen-Hadad il sera important de continuer le travail sur l’attractivité des employeurs, et certains métiers en particulier : les conditions de travail, la qualité et les avantages du temps partiel, les salaires …etc. La réforme attendue peut également creuser un peu plus l’écart entre les revenus de travailleurs, et le chômage partiel ou total. Finalement, la solution de l’alternance peut constituer un bon bras de levier pour les jeunes comme le reste de personnes concernées.

En ce qui concerne la situation des jeunes, et surtout dans la région de l’Île-de-France, un « revenu d’engagement » dédié aux jeunes peut être testé avec la collaboration des autorités publiques. Ce dispositif peut démarrer en 2022 et toucher les cibles suivantes : recrutement de nouveaux conseillers, renforcer la coordination entre collaborateurs, et renforcer les atouts de « Pôle Emploi » pour le service des départements de ressources humaines des PME et TPE françaises.

SHARE
Cheikh Tidiane DIENG est fondateur et rédacteur en chef du site www.lecourrier-du-soir.com. Diplômé de Médias Internationaux à Paris, de Langues et Marché des Médias Européens à Dijon et de Langues étrangères (anglais et espagnol) au Sénégal, ce passionné de journalisme intervient dans des domaines aussi divers que la politique internationale, l’économie, le sport, la culture entre autres. Il est aussi auteur du livre : "Covid-19 ; le monde d'après sera une dictature". Contact : cheikhdieng05@gmail.com