Congo : pour mieux massacrer son peuple, le dictateur Sassou-Ngesso achète 500 tonnes d’armes de l’Azerbaïdjan

0
213

Un document confidentiel obtenu par l’organisation OCCRP confirme que le régime congolais dirigé par Denis Sassou-Ngesso a dépensé plus de 10 millions de dollars pour acheter plus de 500 tonnes d’armes de l’Azerbaïdjan. 

Mais, que mijote Denis Sassou-Nguesso? En pleine période électorale et au moment où le dictateur se prépare à une présidentielle sous haute tension, les révélations sur son projet de maintenir le pays manu militaire risquent de lui coûter très cher. C’est du moins le sentiment qu’on peut avoir en apprenant son macabre projet de dépenser des millions de dollars pour s’approvisionner en armes.

Telle est en tout cas la révélation faite par l’organisation OCCRP (Organized Crime and Corruption Reporting Project). En effet, d’après cette source, le président Sassou-Ngesso a dépensé plusieurs millions de dollars pour s’acheter des armes de l’Azerbaïdjan. OCCRP parle de 500 tonnes d’armes qui ont été progressivement livrés au pays ces dernières années.

“En janvier 2020, plus de 100 tonnes d’armes ont été expédiés depuis l’Azerbaïdjan vers la garde républicaine du Congo Brazzaville, y compris 775 mortiers et plus de 400 rockets”, observe l’organisation. Dans le document consulté par Lecourrier-du-soir.com, l’organisation parle de 17 livraisons d’armes effectuées par le ministère des Armées de l’Azerbaïdjan vers le Congo Brazzaville depuis 2015.

“L’ombre de Riyad plane dans ce projet criminel”

L’organisation internationale va plus loin, affirmant détenir des preuves irréfutables que 8 mois avant les élections de 2016 et une année après le scrutin, les forces de sécurité fidèles à Sassou-Nguesso ont acheté 500 tonnes d’armements de l’Azerbaïdjan qui ont été livrés en 16 cargaisons différentes, ce qui lui aurait permis quelques mois avant les élections de réprimer dans le sang un bastion de l’opposition.

Parmi les pays qui auraient participé à l’achat de ces armes, figure l’Arabie Saoudite. En effet, d’après OCCRP, le régime saoudien a bien financé deux cargaisons d’armes à destination du Congo entre 2016 et 2017 au moment où le gouvernement congolais et Riyad négociaient l’entrée de Brazzaville dans le cercle restreint des pays membres de l’OPEP.

Sur ce, l’organisation dira : “étant donné les réserves de pétrole très importantes dont dispose le Congo, l’Arabie Saoudite avait intérêt à voir Sassou-Ngessou devenir membre de club dominé par Riyad”.

Pour lire le document dans sa version originale, cliquez ici : OCCRP