Coup de théâtre en France : le Sénat recommande d’expérimenter la reconnaissance faciale pour 3 ans

Un rapport du Sénat français préconisant d’expérimenter la reconnaissance faciale pendant 3 ans est violemment attaqué sur les réseaux sociaux par ses détracteurs qui dénoncent la mise en place progressive d’une société de surveillance en France qui mettra en danger les libertés des citoyens 

Une nouvelle qui risque de déclencher une vive polémique en France. Alors que de nombreux citoyens dénoncent vigoureusement une société de surveillance avec la mise en place il y a un an du Pass Sanitaire, c’est désormais un rapport du Sénat, relayé par plusieurs médias, qui enflamme la toile.

En effet, d’après France Info, un rapport sénatorial préconise d’expérimenter en France la reconnaissance faciale pour 3 années. “Un groupe de travail de la commission des Lois du Sénat a présenté mercredi 11 mai un rapport sur la reconnaissance faciale en l’assortissant de 30 propositions, à commencer par une loi d’expérimentation de trois ans”, renseigne la source.

L’information a été confirmée par le Sénat français qui l’a relayée sur son site officiel. Le Sénat nous apprend ceci : “la commission des Lois du Sénat a adopté ce mardi à l’unanimité un rapport d’information sur ‘la reconnaissance faciale et ses risques’. Ce document, qui sera rendu public mercredi, alerte sur l’absence de cadre juridique clair face aux nouvelles technologies d’identification, et recommande le lancement d’une série d’expérimentations”

Et la source d’ajouter : “consultées par Public Sénat, les conclusions du rapport formulent 30 propositions pour définir une ligne de conduite nationale sur la reconnaissance biométrique, fixer les bases d’un cadre juridique et ‘renforcer la souveraineté technologique de la France et de l’Europe'”.

Les Sénateurs qui se sont planchés sur ce dossier évoquent des enjeux sécuritaires à la veille des JO de Paris. C’est du moins l’avis de Marc-Philippe Daubresse, sénateur LR. “On va sortir de la période électorale. Imaginez que l’on ait dix ou quinze attentats type promenade des Anglais pendant les JO ? Je dis qu’il nous faut des outils, mais qu’ils soient contrôlés, régulés, avec des lignes rouges. C’est ce que nous proposons dans ce rapport”, a-t-il martelé.

Mais, à peine révélé dans la presse, le rapport du Sénat suscite déjà un tollé sur les réseaux sociaux où plusieurs hommes politiques et experts en numérique ont dénoncé sans gêne le début d’une société de surveillance qui serait probablement comparable à celle que connaît la Chine.

“Un rapport vertement critiqué par ses détracteurs”

C’est en tout cas l’avis de Florian Philippot, président du parti Les Patriotes. “Un rapport du Sénat préconise d’expérimenter en France la reconnaissance faciale, pour 3 ans d’abord ! En route vers la Chine ! La disparition de toute liberté, toute vie privée ! Nous devons refuser catégoriquement la reconnaissance faciale !”, a-t-il réagi.

Et il ne fut pas le seul. Sur Twitter, le sociologue et chercheur, Laurent Mucchieli, a aussi fait part de ses craintes. “Comme annoncé dans mon livre de 2018 dunod.com/sciences-humai la reconnaissance faciale va être expérimentée en France. Les précédents anglo-saxons indiquent que ça ne résoudra aucun problème de criminalité, mais impactera en revanche les libertés publiques”, prévient-il.

Dans un twitte posté ces dernières heures, le compte Avocat du Peuple dénonce “une pente dangereuse”. “Oooh mais quelle surprise !! La reconnaissance faciale à la chinoise ! Il faut absolument admettre que nous sommes sur une pente dangereuse qui nous mène directement dans un précipice cauchemardesque ! Réveillez-vous !!”, s’inquiète-t-il.