Coup de théâtre : la Grèce réclame 225 millions dollars au labo Novartis pour avoir corrompu des autorités sanitaires

Un autre scandale étouffé par les médias de masse

Sale temps pour Big Pharma. En pleine pandémie à Coronavirus, les Etats et les institutions judiciaires semblent s’acharner sur les laboratoires pharmaceutiques dont les pratiques sont parfois jugées non-conformes au principe de l’éthique. Ainsi, après Pfizer à qui une amende de 75 millions de dollars a été infligée, c’est au tour de Novartis (récemment condamné en 2020 à 678 millions de dollars par la justice américaine) d’être poursuivi par le gouvernement grec.

C’est du moins l’information relayée en juin dernier et tue par les médias. En effet, d’après l’OCCRP, consortium regroupant des journalistes d’investigation spécialisés dans la corruption et le crime organisé, le gouvernement grec réclame 225 millions de dollars (214 millions d’euros) au laboratoire suisse pour corruption. La plainte a été confirmée par un communiqué du ministère grec de la Santé, consulté par Lecourrier-du-soir.com et toujours disponible sur le site officiel dudit ministère.

Dans le communiqué en question, on peut y lire : “aujourd’hui, le gouvernement grec a déposé une plainte contre Novartis réclamant la somme de 214 millions d’euros de dommages et intérêts pour le préjudice moral subi par le gouvernement grec dans des pratiques reconnues par le laboratoire lui-même et liées au financement (corruption) de médecins”.

Le communiqué ne fournit pas davantage d’informations sur les accusations portées contre le laboratoire suisse. Cependant, d’après le consortium OCCRP, il s’agit du scandale Novartis qui avait éclaté en 2016 et impliquant des ministres et des premiers ministres, tous soupçonnés d’avoir touché des dizaines de millions d’euros de la part du laboratoire suisse pour aider cette entreprise à gonfler les prix de ses médicaments. “Cette pratique a eu un impact sur les prix de médicaments en Europe et dans le reste du monde”, note l’OCCRP.

L’ampleur de ce scandale est énorme. Car, d’après les journalistes de l’OCCRP qui citent Dimitris Papangelopoulos, numéro 2 du ministère grec de la Justice, il s’agit du plus gros scandale depuis la naissance de l’Etat grec. Les pertes de cette gigantesque arnaque (dont a souffert la Grèce) ont été évaluées à environ 3 milliards de dollars.

D’après les informations obtenues par l’OCCRP, cette plainte déposée en juin 2022 intervient deux ans seulement après que Novartis a avoué avoir versé des pots-de-vin à des autorités sanitaires grecques. Reconnu coupable, Novartis avait été condamné par la justice américaine à une amende de 347 millions de dollars.

Il convient de rappeler que ce n’est pas la première fois que ce labo suisse est pris en flagrant délit de fraude. En 2020, comme l’a révélé Lecourrier-du-soir.com ce 06 août, Novartis avait été condamné par la justice américaine à payer 678 millions de dollars pour avoir corrompu des médecins afin que ces derniers fassent la publicité de ses médicaments auprès des patients.

Mais, apparemment, il ne serait pas le seul. Car, en juillet dernier, Lecourrier-du-soir.com avait été le premier média en France à avoir révélé l’amende de 75 millions de dollars infligée à Pfizer (par le gouvernement britannique) pour avoir escroqué l’Etat britannique en gonflant (de manière excessive) les prix d’un médicament de lutte contre l’épilepsie.

Lecourrier-du-soir.com suit de près ce bras de fer judiciaire entre l’Etat grec et Novartis et ne manquera pas de vous apporter du nouveau sur l’évolution du dossier.