Coup de théâtre : l’OMS avoue que les vaccinés contre la variole du singe font partie d’un essai clinique de collecte de données

Une sortie médiatique qui risque de susciter un vif tollé dans les jours qui viennent. En effet, alors que les premiers vaccins pour lutter contre la variole du singe sont disponibles depuis quelques semaines aux Etats-Unis et dans quelques pays d’Europe, Tim Nguyen, haut cadre l’OMS en charge des maladies infectieuses, fait une révélation de taille.

Lors d’un point de presse filmé, il avoue que l’OMS a des doutes sur l’efficacité de ces vaccins en raison du fait qu’ils n’ont jamais été utilisés dans une campagne vaccinale d’une telle ampleur. Mais, il ne s’arrête pas. Il ajoute aussi que cette campagne vaccinale s’inscrit dans le cadre d’un essai clinique ayant pour but de collecter des données afin d’obtenir plus d’informations sur l’efficacité de ces vaccins.

“J’aimerais souligner une chose qui est très importante pour l’OMS. Nous avons des incertitudes concernant l’efficacité de ces vaccins parce qu’ils n’avaient pas été utilisés dans ce contexte et à cette ampleur avant. Donc, quand ces vaccins sont développés, ils sont livrés dans le contexte d’essai clinique et de collecte de données pour augmenter notre compréhension de l’efficacité des vaccins. Merci”, a-t-il fait savoir.

Ci-dessous la vidéo contenant ses déclarations

1 COMMENT