Coup de tonnerre au Pérou : l’Etat annonce qu’il expulsera tous les étrangers non vaccinés contre le Covid

Une mesure qui a déclenché un vif tollé sur les réseaux sociaux. Au Pérou, le gouvernement a annoncé ces dernières heures une mesure jugée xénophobe qui consiste à expulser du territoire tous les étrangers qui refusent de se faire vacciner contre le Covid

Une mesure inédite en Amérique Latine. Alors que la pandémie n’a toujours pas été définitivement enrayée et que les cas continuent de connaître une hausse dans certains pays, le Pérou prend une décision radicale : expulser tous les étrangers qui refusent de se faire vacciner.

C’est en tout cas l’information qui est tombée ces dernières heures et qui a été largement reprise par plusieurs médias péruviens, dont LaRépublica.pe. En effet, d’après cette source consultée par Lecourrier-du-soir.com, la décision a été prise à l’issue d’un conseil des ministres et a été annoncée par le premier ministre Anibal Torres.

Lecourrier-du-soir.com a pu retrouver le discours d’Anibal Torres, publié ce 10 août sur Twitter par la chaîne de télévision nationale péruvienne.

“Nous avons approuvé le projet de loi qui modifie le décret législatif 1350, décret législatif portant sur l’immigration et régissant l’expulsion de citoyens étrangers illégaux dans notre pays ou qui se sont comportés comme des hors-la-loi. Vous savez que nous luttons de manière intense pour garantir la sécurité aux citoyens. Nous avons une insécurité qui inquiète les citoyens notamment à Lima… et dans d’autres endroits du pays”, dit-il.

Et d’ajouter : “seront donc expulsés les étrangers qui se retrouvent dans les cas suivants : violation des dispositions sanitaires. Autrement dit, tout étranger présent au Pérou doit être en conformité avec les dispositions sanitaires comme par exemple le fait d’être vacciné. Dans notre cas, il s’agit des trois vaccins. On exige cela non seulement aux étrangers mais aussi aux citoyens nationaux”.

Ci-dessous l’intervention d’Anibal Torres en langue espagnole

Ces dernières heures, plusieurs voix se sont levées pour dénoncer la mesure.

“Quelle déception. Je pensais qu’Anibal Torres allait se réconcilier avec la tendance, mais non. Il est apparu pour annoncer une loi xénophobe et qui viole le droit des migrants”, s’indigne l’internaute Peter Fucking Pan